Groupe TD4 Équipe 1 – Sophia – Thème 5

La pertinence du lobbying et de l’influence à la française

Le lobbying à la française est trop souvent vu comme négatif et n’apportant rien de constructif. Face aux autres pays, la France semble avoir du retard en matière de lobbying, à commencer par leur présence à Bruxelles, siège de l’UE. Forte d’entreprises puissantes et innovantes, la France se doit d’être plus présente dans les discussions sur les normes afin de conserver sa suprématie et son marché. Les apports de la Knowledge Economy et du Web 2.0 permettent dorénavant d’effectuer de la veille stratégique en continu pour identifier le plus rapidement possible les signaux faibles. La France est cependant en train de combler son retard sur les Etats-Unis et l’Asie, à l’image des rapports Martre et Carayon, et du poste de délégué interministériel à l’intelligence économique, actuellement occupé par Claude Revel. L’arsenal juridique français empêche la France de pouvoir employer des méthodes parallèles, comme le font bon nombre de pays, afin d’obtenir une meilleure force de négociation. Ce système parallèle est cependant aujourd’hui en perte de vitesse.

Le système français des brevets fonctionne à plein régime et permet de conserver la propriété de l’invention pendant un certain temps. Le groupe PSA, par exemple, a déposé 1347 brevets en 2012, détenant ainsi le record. Cette protection de la R&D n’est cependant pas suffisante pour conserver un certain avantage stratégique sur les concurrents. Il est alors indispensable de créer sa propre influence afin d’agir sur les normes mises en place par les organisations régionales (UE, MERCOSUR, ASEAN,…) et de répondre à la concurrence.

L’éthique est un autre avantage de la France qui devient de plus en plus compétitif. La France tente, en effet, de prendre en compte l’éthique des marchés qu’elle veut protéger ou sur lesquels elle veut s’implanter afin de lever les barrières du marché. Mais encore, la France rentre de plus en plus dans la stratégie des soft laws (ISO, UN Global Compact,…) afin de créer du smart power et d’avoir un comportement proactif.

Le lobbying et l’influence à la française ont donc entamé un profond changement de stratégie afin de pouvoir exercer le power (pouvoir et puissance).

 

Sources : http://www.rmconseil.eu/agir-plutot-que-subir-le-defi-dun-lobbying-a-la-francaise-tribune-pour-le-figaro-paroles-dentrepreneurs

http://www.lepoint.fr/auto-addict/innovations/psa-peugeot-citroen-champion-du-depot-de-brevets-05-04-2013-1650512_652.php

 

Thomas Authier, Fatim Bakayoko, Thomas Besson-Magdelain, Adrien Chandelier, Romain Dagallier.