Groupe 7 – Sophia Antipolis – Thème 4

En économie, il semble exister plusieurs veilles : la veille mercatique, la veille informationnelle, la veille concurrentielle ou encore stratégique. On peut tout de même définir la veille dans sa globalité comme une « activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique, commercial, etc., pour en anticiper les évolutions ». (Définition de l’AFNOR).

Quelque-soit la taille ou le type d’organisation (GE, PME, associations etc.), obtenir des informations en continu sur les secteurs, les concurrents, ou encore les clients, grâce à la veille est devenue primordial. La veille constitue donc un avantage concurrentiel à toute organisation car elle permet d’anticiper des situations imprévues et d’aider à la prise de décision. On remarque aujourd’hui une concurrence de plus en plus accrue dans tous les domaines qui oblige les entreprises à se différencier, à innover mais aussi à être à l’affût de toutes les opportunités du marché. Cette différenciation est rendue possible grâce à la veille. Ainsi « Finis les pannes de réveil avec la veille ».

Ce slogan reflète bien le principe de la veille. En effet, elle permet d’anticiper au maximum les évolutions du marché et donc de ne pas prendre de retard et de rester dans la compétition, mais aussi de s’inscrire dans une stratégie globale. Il faut noter que ce processus de collecte d’informations se fait dans un cadre légal et qu’il constitue une véritable force. Pour ce faire, à votre tour d’investir dans des logiciels adaptés et de recruter du personnel qualifié ayant un sens critique afin de sélectionner, trier et hiérarchiser toutes les informations.

Cyril HENRI, Armelle KLEIN, Ludovic HAUTIN, Lauriane HAON, Samyra KEITA