Groupe 6 – Paris – Thème 5

Le lobbying est une action menée par un lobby, c’est à dire un groupe de pression, en vue d’obtenir quelque chose. Les lobbys essaient ainsi par divers moyens (campagnes, action directe, pressions, etc.) d’influencer la décision politique dans un sens qui lui soit favorable. Cependant, ce modèle est-il toujours pertinent et en particulier en France ?

 

Le lobbying peut être vu comme un moyen d’assurer la participation d’acteurs multiples à un processus de décision politique, d’informer, d’accroitre l’importance d’un sujet… Par ailleurs, selon une enquête de TNS-Sofres, le lobbying est un « outil d’aide à la décision publique mais dont 26% des décideurs français pensent que le défaut de transparence est l’un des principaux inconvénients ».

 

En effet, le manque de transparence du lobbying entraine une perte de la pertinence. Ainsi, pertinence, expertise et transparence seraient les maîtres-mots d’un lobbying réussi.

C’est pour cela que la France à l’instar des Etats-Unis ou plus proche de nous l’Allemagne doit se diriger vers un processus de règlementation du lobbying notamment des questions qui concernent le financement des partis.

 

Pour conclure, dans la réalité ce sont de moins en moins les « citoyens-électeurs », les élus ou les partis qui sont les grands acteurs politiques aujourd’hui mais de plus en plus les groupes d’intérêts économiques, les mouvements sociaux, les groupes d’intérêt non élus et les ONG. Ce basculement du pouvoir décisionnaire change le mode de décisions des institutions et met en avant une vision pluraliste du réel fonctionnement de la démocratie.

 

Sources :

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/lobbying/47564

http://www.tns-sofres.com/etudes-et-points-de-vue/lefficacite-du-lobbying-en-france-et-en-europe

Hochedez Amandine, Haloui Ghali, Guilbert Matthieu, Ibrahim-Ouali julia, Goncalves Adelson

Groupe 2.8 – Campus Sophia Antipolis – Thème 5

La pertinence du lobbying

Le lobbying se conçoit comme l’action d’un groupe de pression à intérêts communs, dans le but de faire accepter ses idées, afin d’influencer des décideurs ou des leaders d’opinons. Aujourd’hui, la présence de lobbys au cœur de nos institutions ne fait aucun doute, que cela soit au Parlement ou à Bruxelles pour ne citer que ceux-là. Les Etats aussi tentent d’imposer leurs idées grâce au lobbying en hauts lieux.

En effet, nous avons pu observer quelques dérives parfois immorales. Nous pouvons prendre pour exemple le cas du Crédoc  (centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) qui a rendu une étude minimisant le rôle du sucre dans l’obésité, ce centre d’utilité publique réputé pour son indépendance a cependant fait financer cette étude par… Coca-Cola Company. Nous pourrions également citer ce diner estimé à 10 000€ que l’industrie du tabac a financé afin d’influencer nos élus. Cela ne donne pas forcément une bonne image de cette pratique, mais peut-on s’en passer ?

A l’heure où nos institutions politiques dépendent en grande partie d’une institution supranational telle que l’Union Européenne, l’Etat qui veut être influent doit faire du lobbying. Pourquoi ? Premièrement parce que tous les autres pays en font autant, il serait illusoire de penser pouvoir se passer de ce type d’arme. A l’heure où les lobbys ont souvent mauvaise presse, ils peuvent montrer toutefois leur utilité. Deuxièmement, Les lobbys ne sont pas tous néfastes, prenons le cas de « Pigeons », groupe de pression rassemblant des chefs d’entreprises opposés à une hausse de la fiscalité. Cela nous montre que le lobbying peut être utile aux citoyens.

En conclusion, nous sommes incapables de juger si le lobbying dans son ensemble est bénéfique ou néfaste, cela dépend de chaque cas et à l’époque de l’essor des lobbys, le meilleur moyen de lutter contre certains aspects néfastes pourrait être de former un lobby contraire bien plus puissant.

Sources :

http://www.ie-lobbying.info/wiki/index.php/Lobbying

http://www.atlantico.fr/decryptage/au-dela-diner-10-000-euros-lobby-tabac-comment-faire-part-choses-entre-politique-normale-influence-et-forme-corruption-morale-ni-745158.html

http://www.bing.com/videos/search?q=cash+investigation+industrie+agroalimentaire&FORM=HDRSC3#view=detail&mid=356F3B2BC6061EDEE7B8356F3B2BC6061EDEE7B8

 

Rollet Jérémy, Squali Hamza, Richez Lucas, Rey Edouard et  Sophie Mailhos.

Groupe 2 TD3 – Sophia : Theme 5 : Lobbying

Le lobbying désigne une pratique consistant à organiser un groupe de pression auprès d’autorités politiques afin de défendre des intérêts économiques, ainsi que professionnels. Quant à l’influence, elle s’observe lorsqu’une personne fait adopter un point de vue à autrui ; cela crée une relation « influent-influencé ».

Il se trouve que par rapport à ses voisins européens, la France est en retard concernant les groupes d’influence. Il est vrai que le lobbying était mal perçu à une certaine époque, le but étant de le défier. Mais aujourd’hui il est plus intéressant de conforter, de composer et de rassurer les lobbies. La Belgique l’a bien compris avec ses 30000 « groupes de pression » (chiffres de 2012) face à une France plus hésitante : seulement  153 lobbies.

La France gagnerait grandement à renforcer ses lobbies étant donné que son influence sur la scène internationale a fortement diminué depuis quelques décennies au profit des nouvelles puissances émergentes : en témoigne les premières visites du Président Obama effectuées auprès des grandes puissances émergentes et d’autres puissances telles que l’Allemagne..délaissant la France. D’où la pertinence de réinstaurer une influence française forte notamment par le biais de lobbies.

Néanmoins si on veut vraiment instaurer plus de lobbying en France, il est nécessaire que le pays le fasse en s’appuyant sur des valeurs pertinentes telles que l’art, le marché du luxe, le cinéma…autrement dit, des valeurs  « à la française ». Ce sont des valeurs sûres, contrairement à une économie française qui connait de nombreuses érosions de ses parts de marché.

Il est donc nécessaire que la France apprenne à exploiter ses atouts, elle doit montrer au monde ses idées sans avoir peur des géants tels que les Etats-Unis ou la Chine. Elle est suffisamment reconnue pour se faire écouter.

Sources : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-lobbys-qui-tiennent-la-france_292132.html

http://geopolis.francetvinfo.fr/michel-foucher-de-linfluence-francaise-au-xxie-siecle-dans-le-monde-28481

CALVIAC Thomas, CARVIN Audrey, COLLAVET Claire, CORNOU Jeremy, DARCHE Philippinne – Groupe 2 TD3 Sophia

Groupe 3-9 – Sophia – Thème 5

Le lobbying se définit comme l’activité de défense d’intérêts, économiques ou sociétaux, communs ou particuliers propres à certains organismes. Certaines institutions gouvernementales sont détentrices de pouvoirs décisionnels relatifs aux intérêts de ces organismes. Afin de défendre leurs intérêts, ces organismes peuvent pratiquer le lobbying pour tenter d’influencer les pouvoirs décisionnels.

Dans le cas des producteurs de vin français, par exemple, il est nécessaire que ces derniers entrent en concertation avec le gouvernement. En effet, ce dernier prévoit de prendre des mesures pouvant pénaliser l’industrie du vin via un projet de taxation.

Ainsi, le lobby du vin encourage la création d’un organisme interministériel pour débattre sur ce sujet afin de garantir la pérennité de l’industrie viticole. Dans cette situation, la mise en place d’un lobby des producteurs du vin peut se révéler très efficace. Il serait pertinent que les producteurs de vin français s’unissent au sein d’un groupe de pression pour défendre leurs intérêts communs. Un lobby dispose d’outils efficaces pour exposer ses arguments de défense : recours aux médias, pétitions, manifestations etc. Ainsi, les points favorables à la protection de l’industrie viticole française seraient mis en avant : répercussions positives du vin sur la santé, le vin comme élément essentiel du patrimoine français participant à la richesse du pays.

Le vin est un pilier de la culture française qui a contribué au rayonnement culturel de la France et constitue un atout majeur de l’influence à la française. Dans un contexte de mondialisation, le vin peut être un moyen de réaffirmer la présence de la culture et du « savoir-vivre » français ; si le vin français connaît un succès croissant à l’étranger, sa consommation a considérablement baissé ces dix dernières années en France. Le lobby du vin a donc tout intérêt à faire pression sur le gouvernement.

Perrine Tresch, Juliette Van-Hulst, Harold Winling, Mehdi Zniber.

Sources :

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Communs/Univers/A-table/Actualite/Le-gros-coup-de-serpette-du-lobby-du-vin

http://www.france24.com/fr/20130930-vin-projet-taxe-fiscalite-france-empire-vigne-contre-attaque/

http://www.definitions-marketing.com/Definition-Lobbying