Groupe 7-1 – Sophia – Thème 4

 « De la veille au renouveau »

De nos jours, force est de constater que dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel, il est primordial pour les entreprises de connaître et maîtriser parfaitement leur environnement. Afin d’y parvenir au mieux, il est important de rechercher, collecter, trier et diffuser des informations en interne comme en externe de manière efficiente dans l’intention de s’inscrire dans une stratégie globale.

La modernisation des moyens technologiques et l’évolution des modes de pensées de la société ont permis un accès plus facile et plus complet à l’information. En effet, internet est à l’origine d’un grand nombre d’informations pertinentes et utiles concernant le marché et la concurrence (opportunités, menaces) à l’entreprise. Il est désormais possible d’accéder à diverses ressources publiques concernant nos concurrents comme leur santé financière par exemple. Néanmoins, certaines d’entre-elles, privées, sont disponibles plus ou moins aisément telles que des lettres concernant des litiges. Ces informations, récupérées par différents types de veilles informatique, financière, concurrentielle, pour ne citer que les plus importantes, peuvent constituer une véritable force pour l’entreprise face à ses concurrents.

En outre, le développement récent des réseaux sociaux, forums,… où les consommateurs peuvent s’exprimer librement a considérablement accentué ce phénomène. On remarque notamment que des informations compromettantes et préjudiciables peuvent y être divulguées sans possibilité de les faire disparaître. Celles-ci peuvent émaner de consommateurs mécontents, de salariés imprudents, qui publient des propos nuisibles aux concurrents.

Ainsi, la veille permet aux entreprises de prendre connaissance d’informations concernant sa concurrence mais également son marché ce qui en fait donc une force indispensable, pour preuve, le nombre croissant d’entreprises ayant recours à ces différentes techniques. Il est toutefois important de prendre conscience du fait que ce que nous avons considéré comme force peut également nous être préjudiciable.

Simon BENOIT – Thomas BIZARD – Charlotte BRAULT – Cédric CASANOVA – TD 7, Groupe 1

Groupe3.3-CampusSophia-Thème1

La Knowledge Economy 2.0

De nos jours, nous sommes passés dans une ère où domine le web 2.0. Mais qu’est-ce que le web 2.0 ? Internet est devenu un moyen de rassembler les connaissances de ses utilisateurs, ce qui en fait une source d’intelligence collective, renforcée par de nombreuses interactions et conversations.

Tout d’abord il y a eu l’apparition de l’ordinateur : en 1980, Apple innove avec son Macintosh mais ce n’est que dans les années 1995 que l’ordinateur prend une réelle place dans la société avec l’apparition d’internet. Cela a ouvert de nouvelles possibilités pour les utilisateurs. De nouvelles inventions ont permis la création d’un nouveau besoin, d’une nouvelle demande. « Par le biais du développement du Web 2.0 et de ce type de travail collaboratif, chaque « savoir-faire » et « savoirs » peuvent être mis en commun, partagés et utilisés par les autres personnes de ce même groupe de travail » (http://www.novantura.com/wiki/Economieconnaissance).

Le web 2 .0 pousse également les entreprises à mieux communiquer avec leurs clients, à se dévoiler, grâce aux réseaux sociaux. Ceux-ci deviennent également un moyen d’interaction entre l’entreprise et ses clients, ce qui permet de mieux cibler et de répondre à leurs besoins.
Les réseaux sociaux sont de même un moyen d’information pour les entreprises, qui cherchent de plus en plus à s’informer sur l’environnement social de leurs collaborateurs. C’est pour eux un moyen de veille informationnelle.
C’est pourquoi, on peut dire que la Knowledge Economy 2.0 est omniprésente dans notre quotidien, non seulement dans la vie privée mais aussi professionnelle.

web

Julie Delachaux, Etienne Diot, Benjamin Di Rienzo, Anthony Di Maria, Clémence Duvent