Groupe 2-2 – Sophia- Thème 5

La pertinence du lobbying

De nos jours, le lobbying tient une place importante dans le processus décisionnel de nombreux pays alors qu’en France, on peut voir que sa pratique est moins institutionnalisée et reste un sujet tabou. Tout d’abord commençons par une définition du lobby : il s’agit d’un groupe de pression ayant pour objectif d’influencer la prise de décisions en fonction de ses intérêts. Nous citerons comme exemple le puissant lobby américain des armes NRA qui, à de maintes reprises, a fait pression pour laisser des libertés sur la réglementation des armes malgré de nombreux faits divers qui ont pourtant traumatisé l’opinion publique. On peut donc penser qu’il s’agit d’une menace envers les principes démocratiques de nos sociétés. Mais aujourd’hui, il faut se rendre compte de son importance : on peut bel et bien se former au lobbying, en apprendre le métier et enfin d’en mesurer son efficacité. Malgré son retard, la France donne de plus en plus d’importance au lobbying en proposant de multiples formations dans les universités et grandes écoles qui insèrent sur le marché du travail des individus formés à cette notion.

Quel serait alors l’intérêt d’utiliser ce système de pression pour les entreprises et les différentes organisations Française ? Tout d’abord démocratiquement parlant le lobbying a parfaitement sa place, même si certaines pratiques peuvent paraitre à la frontière de l’acceptable, à condition que les différents acteurs respectent la réglementation.

Deuxièmement le lobbying est un vecteur de croissance pour une entreprise car en faisant pression et en faisant passer ses idées auprès de l’autorité décideuse, la réglementation peut basculer en faveur d’un projet ou du développement d’une activité.

Nous conclurons sur le fait qu’il faut faire comprendre à l’opinion publique française que si l’on veut continuer à accroitre notre cercle d’autorité et par conséquent celui de nos entreprise, le lobbying est important dans ce monde où de nombreux pays et entreprises l’utilisent. Dès lors, ces sociétés pourraient agir avec des groupes de pression puissants sans peur de choquer.

Léa Canestrier – Maxime Brasseur – Valentin Bujotzek – Edwin Calme – Matthias Ceccotti

Groupe1TD6-Sophia-thème5

En tant que responsables du groupe agroalimentaire français Danone, nous tenons à vous adresser mes recommandations pour parvenir à faire face aux futures législations en matière d’agroalimentaire qui pourraient nuire à nos objectifs économiques.

Comme l’information est devenue essentielle dans le contexte international actuel, abordons tout d’abord la notion d’intelligence économique. « L’Intelligence Economique peut être définie comme l’ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution, en vue de son exploitation, de l’information utile aux acteurs économiques » (rapport Martre). Le lobbying est quant à lui l’un des outils de l’intelligence économique. En France, les lobbies sont largement considérés comme des groupes de pression qui interviennent sur les décisions politiques mondiales. Ils ont une mauvaise image car, bien souvent, leur manque de transparence est mis en avant et les intérêts particuliers priment sur l’intérêt général. Toutefois, les lobbies peuvent renvoyer à une notion plus large : des groupes d’intérêt qui cherchent à protéger les intérêts d’un secteur spécifique de la société. Cette notion renvoie davantage à l’intérêt de l’ensemble de la société et ne se traduit pas nécessairement par une démarche visant à faire pression. Il faut donc exercer un lobbying transparent et s’efforcer à paraître comme des défenseurs de l’intérêt général.

Voilà pour la théorie, passons maintenant à la pratique. Le lobbying passe tout d’abord dans la formation d’un réseau. Il faut se créer des contacts, parmi des hauts fonctionnaires par exemple, afin de peser dans les négociations d’ordre politiques. La veille informationnelle est aussi un outil du lobbying car surveiller l’information permet de la maîtriser lorsque nos intérêts sont en jeu. Enfin, le lobbying, c’est aussi utiliser les médias pour diffuser l’information. Dans tous les cas, c’est au sein des institutions européennes que nous avons le plus intérêt à intervenir. En effet, c’est le meilleur moyen d’influencer sur les législations car les institutions européennes collaborent souvent avec les lobbies pour recueillir leur expertise.

Asselin, Baux, Bellorini, Benezet, Bricman