Groupe 8.1 – Lille – Thème 1

Sujet : Le KE-KM à travers nos yeux d’étudiants

 

Le KE-KM est une notion qui est en train de bouleverser la vision du management et l’organisation de l’entreprise dans plusieurs domaines. En tant qu’étudiants, nous allons essayer de définir le KE-KM, premièrement dans notre vie au sein de l’école puis le définir dans la vie de l’entreprise et pour finir, nous allons proposer nos attentes vis à vis du KE-KM.

A SKEMA, nous vivons au sein d’un environnement globalisé représenté par les étrangers sur le campus de Lille mais également par le biais d’échanges possibles avec des universités partenaires ainsi que les campus internationaux. L’économie de la connaissance se traduit pour nous par un échange facilité et encouragé pour chacun grâce à des associations par exemple comme S’Konnection sur le campus lillois ou Interculture à Sophia-Antipolis. Des moyens technologiques sont également mis en place pour stimuler l’intérêt des étudiants avec notamment les salles spécialisées pour les visio-conférences.

Dans le monde de l’entreprise, le KE-KM est de plus en plus développé. Pour nous il se traduit par une nouvelle vision de l’efficacité en rapprochant chaque employé grâce à de nouveaux moyens technologiques qui permettent à l’entreprise de créer un bloc de connaissances riche, interactif et accessible à tous. C’est donc un outil, mais aussi un état d’esprit dans le monde de l’entreprise. Les start-up de cette nouvelle ère sont innovantes aussi bien au niveau de leurs produits/services qu’au niveau de leur organisation. Par exemple, l’entreprise The Art Co permet aux artistes photographes d’exposer et vendre leur clichés via une plate forme en ligne. C’est donc le parfait exemple d’une start-up qui utilise les nouvelles technologies pour transformer une exposition traditionnelle en la dématérialisant sur internet.

Nous attendons donc que l’école nous prépare à être les acteurs de ce changement pour recentrer l’organisation de l’entreprise sur l’humain et le social, tout en innovant.

 

Sources : 1001startups.fr

ADAMCZYK Camille
BACHELEY Audrey
BOURGUIN Floriane
BOUVARD Oriane
CHAMPOMIER Germain

Groupe9-Paris-Theme1

De nos jours, c’est la gestion de connaissance qui créé de la valeur. C’est devenu une dynamique incontournable dans l’économie mondiale. En d’autres termes, on ne peut pas faire l’économie de la connaissance. En effet, nos sociétés ont fait face à une troisième révolution marquante qui est le passage du tangible vers l’intangible. Notre génération subit de plein fouet cette dématérialisation de l’information.

Notre parcours à SKEMA nous permet aujourd’hui de réaliser que l’information est devenue LE pilier de l’économie. D’où la nécessité pour les entreprises mais aussi les États de gérer la connaissance afin de créer de la valeur.

En tant que futurs managers, nous prenons conscience des enjeux majeurs liés à la Knowledge Economy qui nous permettrons d’évoluer de façon optimale dans le monde professionnel.
Tout d’abord, nous considérons que la mobilité internationale est indispensable afin d’acquérir des valeurs et une vision multiculturelles qui nous permettront d’évoluer dans un monde globalisé et dans lequel l’information provient de sources multiples.

Nous sommes aussi convaincus que le positionnement de SKEMA par rapport à la Knowledge Economy est un véritable atout pour appréhender les enjeux professionnels qui nous attendent. En effet, nous étions complètement étrangers à cette notion et réalisons que nous étions de simples spectateurs de la dématérialisation du savoir malgré notre immersion permanente par l’intermédiaire d’Internet et d’autres canaux de communication. D’ailleurs ce sont ces médias qui permettent l’essor de la « Knowledge Economy 2.0″ du fait des flux massifs d’information.

Aussi pourrons nous désormais devenir acteurs dans ce processus en acquérant et créant des connaissances essentielles qui permettront de le perpétuer et de l’enrichir.

Voici une Interview de Mark Zuckerberg qui donne son avis sur la Knowledge Economy: Interview Mark Zuckerberg – Knowledge Economy

Rinish KARA, Elsa KHAZAAL, Sabrina KHOULLAK, Kevin PAULUS, Fanny QUIDENAO VASQUEZ.