GROUPE1-1 Lille: thème 4

« Quand on l’attaque, l’empire contre-attaque ! »

Comment l’entreprise peut-elle être leader sur le marché et le rester si elle ne sait pas où en sont ses concurrents ?

L’empire de l’entreprise, est confronté à un environnement ultra-concurrentiel. La mondialisation a ouvert les portes à la concurrence internationale. Ce slogan, déjà bien connu de la population est le reflet de la notion de compétitivité. En effet, les entreprises réalisent une véritable course où le gain est la part de marché et où le moteur est l’innovation. Innover, toujours plus, toujours plus vite…L’innovation est devenue primordiale pour rester sur le marché.

Cependant, l’innovation seule ne suffit pas à rester dans la partie

L’intelligence économique est elle aussi importante. Elle englobe la notion de veille concurrentielle et d’utilisation de l’information. Ces deux particules sont indissociables et primordiales.

Pour être performante, l’entreprise doit se tenir informée des évolutions du marché et  de la capacité d’adaptation de ses concurrents afin de pouvoir anticiper son évolution et répliquer en conséquence de façon à surpasser le concurrent. La bataille en est une bonne image. En effet, il faut savoir surprendre l’ennemi en innovant dans sa stratégie et riposter suffisamment lors d’une attaque pour ne pas être vaincu.  « Quand on l’attaque, l’empire contre-attaque ».

Pour autant, la concurrence ne doit pas être totalement éradiquée. Il s’agit en effet de la dépasser, mais de la conserver comme élément de motivation, d’entretien constant de recherche d’informations et de modernité pour légitimer la dépense consacrée à la recherche & développement. Reprenons l’exemple de la bataille. Si en frappant fort, l’ennemi est totalement éradiqué mais qu’il en va de même pour ses terres et ce qui était convoité alors la victoire n’a aucun intérêt puisque le but convoité n’existe plus.

L’intelligence économique c’est donc la capacité de l’entreprise à anticiper la demande du marché et à limiter l’évolution de ses concurrents sans les étouffer.

L’entreprise pourra soit faire du « benchmarking », pour améliorer ce qu’elle a observé, ou prendre une tout autre direction si elle constate que l’action concurrente n’est pas efficace.

On comprendra ainsi pourquoi l’intelligence économique est essentielle à la survie de l’entreprise. Elle lui permet un renouvellement constant de sa base de données internes et externe en prenant en compte celle de la concurrence pour répondre aux exigences toujours plus précises des consommateurs. De plus, cela lui permet d’éviter des gaspillages et des pertes financiers.

Thomas Bensoussan, Astrid Chabert, Roxanne Balon, Emma Bisseuil, Nicolas Barbet, Pauline Adam

Groupe 2-5 Lille-Slogan

« La casserole que l’on surveille ne déborde jamais ». A travers ce célèbre adage, l’intelligence économique, et plus particulièrement la veille concurrentielle, prend toute son importance. Assimilons une entreprise lambda à une casserole. Les avantages à la surveiller, pour un concurrent, sont multiples : Anticiper les actions des concurrents pour mieux préparer sa propre stratégie Améliorer le fonctionnement et les procédures actuelles de l’entreprise Evaluer la concurrence et l’image de marque de l’entreprise Surveiller le marché et potentiellement l’opinion public Prendre des décisions plus efficacement

Quelques secteurs sont donc à considérer de manière significative : • Les principales nouveautés du secteur d’activité (nouveaux concurrents, produits, services, clients, technologies, méthodologies …) • Les changements législatifs • Les données financières (tarif des concurrents, rapport d’activité, salaires des employés concurrents …) • Les relations humaines (les annonces d’emplois des concurrents, les méthodes de management, le turn-over …) • Les stratégies (nouveau marché, alliance, R&D …)

Une telle surveillance semble donc normale. En effet, un concurrent puissant, fort et compétitif doit voir sa stratégie être étudiée afin de pouvoir se positionner sur ce secteur et être le plus performant. La stratégie de « vente concurrentielle » fait bien partie intégrante de l’intelligence économique et fait aussi la part belle de la stratégie de positionnement de toute entreprise.

Nicolas LOCTIN Sarra MEDJANI Pauline MAZURCZACK Maximilien LEFORT Julien LEGAL Gautier LOBEAU

Groupe7.7-Lille-thème4

Les vertus du nouveau lobbyisme

 

Avec la mondialisation et le processus irrémédiable de disparition des frontières, l’avènement d’une économie de la connaissance où l’obtention d’informations est un enjeu majeur, l’échelle à laquelle les grandes entreprises se font face n’est guère plus nationale ou régionale, mais bel et bien mondiale. Ainsi, parmi tous les leviers que les grandes multinationales peuvent activer pour se démarquer de leurs concurrentes le lobbying est il pertinent ?

Aujourd’hui en France, le lobbying est bien souvent perçu comme une pratique peu scrupuleuse, mêlant conflits d’intérêts, dessous de table ou corruption. Néanmoins cette pratique, à condition qu’elle soit associée à un certain niveau de transparence et de fiabilité, peut permettre d’améliorer le processus de prise de décisions afin d’atteindre la plus optimale en y associant le maximum d’acteurs. De fait, l’information est mise au cœur du jeu et en devient la véritable clé.

Néanmoins, l’opacité de ce processus est elle vraiment préférable quant à l’efficience des stratégies de lobbying ? Il apparaît clairement que non, puisque d’après une étude diligentée par la TNS Sofres, les lobbyistes les plus transparents sont aussi perçus comme les plus efficaces.

Finalement, il convient de différencier deux grandes stratégies de lobbying, clairement indiquées par le dirigeant d’un cabinet de lobbying bruxellois : « Le lobbying, c’est ce que fait l’industrie. Nous, nous fournissons de l’information pertinente » Ainsi, d’un côté on trouverait une sorte de lobbying de l’ombre s’organisant autour de privilèges octroyés et de grands diners, et de l’autre un lobbying novateur, profondément ancré dans l’économie de la connaissance qui fournirait aux entreprises de précieuses informations.

En conclusion, il apparaît donc comme évident que le lobbying est une démarche cohérente avec le contexte économique actuel ultra-concurrentiel, l’économie de la connaissance en toile de fond, en fournissant aux entreprises les clés qui pourront leur permettre de prendre les décisions qui maximiseront leurs intérêts propres afin qu’elles puissent obtenir des avantages concurrentiels vis à vis de leurs concurrentes.

 

Sources :

Mémoire d’Eloïse Stéclebout.

TNS SOFRES

 

ZIADI Merwane

 

GROUPE 8-8 SOPHIA ANTIPOLIS – THÈME 5

Le lobbying consiste à influencer l’intervention ou la décision des pouvoirs publics. Les lobbys sont donc des groupes de personnes ayant des intérêts communs et voulant influencer la prise de décision. En d’autres termes, on défini le lobby comme étant un groupe d’influence.

 

Dans l’imaginaire français, le lobbying est essentiellement perçu de manière péjorative. En effet, le lobbying est vu comme la défense d’intérêt corporatiste allant à l’encontre souvent de l’intérêt général. Par exemple, les lobbying de l’énergie aux Etats-Unis, plus particulièrement le lobbying du pétrole, vont souvent à l’encontre de l’intérêt général. En effet, les grandes entreprises américaines de pétrole s’assurent d’avoir un membre présent au parlement afin d’influencer les décisions politiques. C’est pourquoi notamment, que les Etats-Unis ne sont pas très portés vers le développement durable, qui représenterait l’intérêt général. Ainsi, le lobbying à cette connotation négative puisqu’il peut être dans certains cas anti-démocratique.

 

Aujourd’hui, et plus que jamais, la France doit faire valoir ses intérêts, mais à l’heure où nous dépendons d’institutions supranationales comment la France peut-elle est influente ? Le lobbying doit-il être la solution ? Il est évident que le lobbying ne présente pas que des aspects négatifs. Le lobbying laisse en effet d’autres acteurs agir sur les décisions politiques pour faire valoir d’autres intérêts, ce qui représente dans une certaine mesure une des valeurs de la démocratie. Dans un contexte de concurrence mondiale, il est pertinent pour la France d’être influente à l’échelle mondiale.

 

En conclusion, le lobbying est une solution pertinente pour que la France garde une certaine suprématie et conserve son influence, notamment à l’échelle européenne où les décisions importantes sont prises. Il est donc important de faire valoir les atouts du lobbying dans un contexte où les conflits d’intérêts sont de rigueur.

Groupe8.4-Sophia-Thème 4

« C’est en veillant qu’on entreprend »

La veille est une « activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique, commercial, etc., pour en anticiper les évolutions. » AFNOR

Les principales menaces auxquelles les entreprises doivent aujourd’hui faire face sont la concurrence accrue et la volatilité des consommateurs : les consommateurs sont en effet plus enclins à aller de marques en marques et à désirer toujours plus, tout le temps. Il est donc primordial pour les entreprises d’anticiper les innovations et les évolutions du marché afin de pallier aux offres de la concurrence et de satisfaire les consommateurs. Prenons l’exemple de la Silicon Valley et de ses start-up. Alors que le marché des réseaux sociaux et des applications pour mobile doit faire face à une forte pression concurrentielle, les start-up qui se démarquent sont celles qui ont su anticiper les besoin des consommateurs et/ou des entreprises.

Il existe différents types de veille : la veille commerciale, la veille concurrentielle et la veille technologique et la veille juridique. Chacune nécessite un mode opératoire différent qui fait appel à différentes compétences. En ce qui concerne la veille commerciale, ce sont des compétences en marketing qui sont attendues afin de pouvoir connaître le marché et anticiper les attentes du consommateur. La veille concurrentielle, quant à elle, consiste à analyser la concurrence. La veille technologique vise à appréhender les innovations et à s’en servir pour développer son entreprise tandis que la veille juridique consiste en la surveillance de l’évolution légale pour les anticiper.

Finalement, la veille en entreprise, quelle que soit sa forme, apparaît comme étant un processus important et non négligeable dans les pérennité des entreprises.

 

Sources :
– http://www.intelligence-economique.gouv.fr/dossiers-thematiques/veille-strategique
HEUGAS Alexis, HIEN Maxence, HOTIN Maxime, IRATCHET Laura, KRIEFF Anouk

Groupe 3 TD 3 – Sophia Antipolis – Thème 5

La France a toujours été un pays plutôt opposé au lobbying mais aujourd’hui il est de plus en plus présent dans la sphère politique. Pourtant le lobbying conserve une image négative pour la majorité de la population mais aussi pour de nombreux décideurs politiques. Cette image est due au fait que les lobbys seraient considérés comme des groupes agissant uniquement en leur faveur et souvent donc contre l’intérêt général.

On retrouve le lobbying sous différentes formes : information des décideurs, constitution de réseaux, participation à des groupes d’études, organisation de conférences, de visites, etc.

Dans le monde des entreprises, certains groupes tentent effectivement d’influencer la population à travers les informations qu’ils détiennent. En effet, les lobbys ont pour but d’endoctriner, directement ou indirectement, les consommateurs, ou tout agent économique, en défendant leurs intérêts. Pour ce faire, ils exercent une sorte de pression envers des institutions, afin d’en obtenir ce qu’ils attendent.
Gr
Par exemple, certaines chaines de télévision (TF1, Canal+), se sont servies du lobbying afin de réduire leurs obligations de financement de films. Les autres plus gros lobbys français sont notamment Total, ERDF et leurs influences s’exercent surtout à Bruxelles deuxième ville où la présence des lobbys est la plus importante.

Le lobbying est pertinent dans le sens où il permet aux entreprises de tirer profit de leur détention d’informations, au détriment de leurs concurrents. Ceci dans le but de se créer un avantage concurrentiel et ainsi d’attirer de nouveaux clients.

Mais aujourd’hui ce que les décideurs politiques recherchent réellement de la part des lobbys c’est qu’ils soient en mesure de leurs fournir des informations pertinentes pour les aider à une juste prise de décisions et cela grâce au grand nombre d’experts dont ils disposent. C’est pour cela que de plus en plus de lobbys développent en leur sein des think tank.

Clémence Duvent – Julie Delachaux – Etienne Diot – Anthony Di Maria – Benjamin Di Rienzo

Groupe 5-3 – Lille – Thème 4 Slogan

Notre société étant rentrée dans une nouvelle ère, appelée Knowledge Economy : se servir de l’intelligence économique est devenu incontournable pour les entreprises d’aujourd’hui et de demain. Nous pouvons décrire ce phénomène d’intelligence économique comme « l’art d’utiliser l’information et la connaissance pour appuyer une stratégie et obtenir le meilleur résultat possible ». Trois composantes définissent ce concept d’intelligence économique : l’influence, la sécurité économique et la veille, notion à laquelle nous allons nous intéresser.

La veille est d’une importance capitale pour une entreprise. Elle consiste en une surveillance continue des concurrents : une nécessité dans l’économie et l’ère actuelle où compétitivité et innovation sont les maîtres mots. De plus, la veille a d’autres vertus non négligeables telles que la fidélisation de la clientèle et la séduction de nouveaux consommateurs. Il est également important de se soucier et de prendre en compte les facteurs externes pouvant influer sur l’entreprise de manière à être plus réactif. De ce fait nous pouvons dire qu’investir dans la veille est indispensable pour les entreprises (exemple du réseau veille de Safran) car cette activité leur apporte une réelle valeur ajoutée. Cependant toutes ces informations ne doivent pas seulement être récoltées par le biais de la veille mais triées ainsi qu’interprétées de façon à les rendre plus pertinentes. Pratiquer la veille est également un moyen de se différencier dans l’environnement actuel car l’information est indispensable, cependant s’informer n’est pas encore naturel pour les individus et les entreprises.

Grâce à la veille, il est possible de mettre en place des stratégies permettant aux entreprises d’être plus efficaces : concurrencer et/ou coopérer avec les différents acteurs du monde économique. En effet, la société est en train de basculer vers une ère coopérative et concurrentielle rendant les entités vulnérables. Alors : « ne restez pas inactifs, VEILLEZ ! »

Caroline DUBOIS, Marion FABRE, Eva FRANCHOMME, Margaux FRANCOIS, Hadrien GIROUD – GROUPE 5-3

Groupe 1-2 – Lille – Thème 5

La pertinence du Lobbying

Toute entreprise a pu constater l’impact de la mondialisation sur le contexte économique actuel. La concurrence ne cesse de s’accroître et se regrouper sous forme de réseaux d’influence, tels que les lobbies, devient nécessaire.

L’échange des informations est devenu un véritable commerce, qui justifie l’association de partenaires de confiance et influents. Les enjeux majeurs de ces échanges sont l’innovation et l’anticipation.

Le lobbying fait dorénavant partie intégrante de notre société, toutes les entreprises sont poussées à modifier leurs stratégies. Elles doivent se tourner vers les hommes politiques. Ces derniers, au plus près de la rédaction des lois, ont une influence certaine et nous pouvons ainsi orienter la législation vers un contexte plus favorable à nos activités.

Toutefois, une grande majorité de la population française apparente le lobbying à des pratiques corruptibles, à une influence négative. En effet, le lobbying discrimine : contrairement aux grands groupes, les PME n’ont pas assez de pouvoir de séduction vis-à-vis des députés et des autres acteurs influents car cela implique des moyens financiers considérables : l’argent et son pouvoir ont toujours été des sujets tabous en France. Au contraire, dans les pays Anglos saxons, ces deux éléments sont valorisés et gratifiants, car synonymes de réussite. Le lobbying en France doit donc se faire avec discrétion, bien que les pratiques ne soient pas toujours négatives pour la société. Malgré tout, chacun peut constater au quotidien des pratiques de lobbying, ne serait-ce que lorsqu’on pense aux syndicats, ou aux nouvelles agences de lobbying, tous deux parfaitement légales.

En définitif, qu’il soit accepté ou non, bien ou mal perçu, le lobbying fait partie intégrante de nos vies. Même sur le territoire français, il ne faut donc pas le négliger, mais au contraire, l’utiliser certes à l’avantage de notre entreprise mais aussi pour le bien commun.

Simon Blancho, Mathilde Brunner, Juliette Brunet, Léa Caroni, Anthony Chenu, Chloé Demolliens, Billie Desnoyers. 

TD5-groupe5 thème 4

Slogan : “À la veille de l’innovation, l’anticipation.”

 

Dans un monde en constante évolution où est plus que jamais disponible, les entreprises se voient dans l’obligation de trouver de nouvelles stratégies afin de maintenir une forte légitimité d’un point de vue concurrentiel.

Une des clés de cette stratégie consiste à investir dans la veille.

 

Mais qu’ est-ce que la veille ?

Un des grands concepts de l’Intelligence Économique, la veille permet de rester informé sur l’environnement externe de l’entreprise concernée. Cela passe par le contrôle constant de l’évolution des concurrents, c’est-à-dire par exemple de s’informer sur les brevets à venir, de connaître les parts de marchés occupés par ces concurrents et donc d’ajuster sa production pour améliorer sa rentabilité.

La veille consiste également à suivre l’avis général des clients sur l’entreprise pour garantir la satisfaction de ces derniers dans le but de créer une forme de fidélité économique.

Enfin il s’agit d’accroitre les compétences technologiques pour fournir une production de qualité et innovatrice.

 

Mais comment trouver ces informations ?

Cela passe par plusieurs outils. Tout d’ abord, l’utilisation d’Internet a révolutionné la veille. En effet, les entreprises ont ainsi la possibilité de se renseigner sur leurs concurrents plus ou moins proches et plus ou moins importants en prêtant un certain intérêt à leurs brevets à venir par exemple.

En ce qui concerne la veille sur les clients, l’entreprise peut utiliser les forums de consommateurs ou divers plateformes blogs pour savoir comment les potentiels acheteurs perçoivent l’entreprise et ses produits mis en vente.

 

Pour conclure, la veille est un atout indispensable pour les entreprises qui souhaitent conserver un avantage concurrentiel. Cependant, n’oublions pas que « veille » ne rime pas forcément avec « espionnage industriel » !

GOUGIBUS Mathieu, GORADESKY Sarah, GREGOIRE Antoine, HUMMER Céline, HUTCHINSON Marion
TD 5-5

Groupe4/2-Lille-thème5

Avec la mondialisation de l’économie, l’entreprise doit faire face à de multiples défis : une division internationale du travail, une hyper-concurrence, des risques et des menaces qui sont accentués par la vitesse de ce nouveau monde et l’imprévisibilité forte qui la caractérise. L’intelligence économique est là pour faire face à ces nouveaux défis. Elle se définit par l’art d’utiliser l’information de la connaissance pour appuyer une stratégie et obtenir le meilleur résultat possible.  Une des parties essentielles de l’intelligence économique est l’influence ou le lobbying  qui se définit comme la capacité à orienter positivement les décisions d’entreprises sur le plan économique. Elle donne un avantage concurrentiel non négligeable pour l’entreprise.

Pour développer l’influence à la française dans une entreprise, il faut mettre en œuvre une veille. Elle est primordiale pour la construction d’une stratégie d’influence. L’AFNOR définit la veille comme une «  activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique, commercial et autres pour en anticiper les évolutions ». Tous les postes de l’entreprise sont concernés pour mettre en place une veille efficace et élaborer une influence qui donnera un avantage concurrentiel pour l’entreprise. Pour ce faire, certains sites comme Euridile marchandent des données financières sur la concurrence. En effet, l’entreprise d’aujourd’hui se définit comme un écosystème où l’entreprise est diffuse en micro-pouvoirs qui agissent en interaction et par conséquent élaborent un réseau d’intelligence économique. Il apparaît donc que l’anticipation est une véritable force. L’influence peut être perçue par la création des normes : si l’entreprise crée une norme et qu’elle l’impose à d’autres entreprises, elle élabore ainsi une influence forte car les autres acteurs économiques sont indéniablement dépendants de la norme imposée.

Le lobbying à la française doit s’affirmer davantage afin de garantir une influence de plus en plus grande et par conséquent de renforcer les avantages concurrentiels de l’entreprise. C’est pourquoi le gouvernement français encourage cette pratique.

Sources :

– http://www.robert-schuman.eu/fr/questions-d-europe/0101-l-influence-economique-de-la-france-dans-l-union-europeenne

– http://www.intelligence-economique.gouv.fr/dossiers-thematiques/veille-strategique​

échiquier2

 

Groupe 4-2

Anaïs COLIN-Claire CARPENTIER-Alicia DEGRAEVE-Yves COLAS-Lodine DEHANDSCHOEWERCKER-Léa CASSAM-CHENAI

Groupe TD9.5- Lille, thème 4

→ Dans la Knowledge Economy, quel slogan proposeriez-vous à l’intention des entreprises pour les inciter à investir dans la veille?

               Dans la Knowledge Economy, chacun tente de créer de la connaissance. Elle est le facteur principal de la compétitivité des entreprises. Car tous les secteurs d’activités sont concernés par cette mutation des activités vers les services et l’immatériel.

                La veille en entreprise consiste à collecter et analyser des informations permettant d’anticiper les innovations. Cette démarche proactive permet aux entreprises de prévoir les prochaines tendances du marché et de détecter les opportunités. La veille analyse l’environnement externe de l’entreprise, ses concurrents, ses clients potentiel. En effet, il est nécessaire pour les entreprises d’analyser leur image afin de repérer leurs faiblesses et de les corriger pour rester compétitif. L’entreprise doit maîtriser aussi maîtriser son e-réputation.

                La veille consiste à s’informer en continu sur les nouveautés du secteur, les inventions des concurrents, les nouvelles technologies afin d’être le meilleur de son domaine. Être réactif aux avancées technologiques de ses concurrents permet de ne pas être distancé. Car ils peuvent développer de nouveaux produits et ainsi s’accaparer le marché, ou être novateur dans leurs manières de travailler et ainsi accroître leur performance en utilisant de nouveaux espaces de travail, de communication interne. Il serait alors judicieux d’avoir connaissance de ces innovations pour les mettre en place.

Prenons l’exemple de deux concurrents sur le secteur de l’innovation qui doivent en permanence être vigilants, et s’informer sur les avancées technologiques du voisin. Apple et Samsung. Ces 2 entreprises sont des leaders sur le marché des nouvelles technologies. Elles ne cessent d’innover et de nous surprendre. Cependant, Apple et Samsung ont eu des litiges concernant le respect de la propriété intellectuelle. Si les poursuites judiciaires avaient été maintenues, elles auraient pu avoir une incidence néfaste sur l’image et la performance de ces leaders.

               Ainsi, la veille technologique doit être utilisée de manière intelligente au risque d’être impliqué dans un procès pour non-respect des brevets ou plagiat.

                « Soyez aussi vigilant qu’Apple et vous deviendrez une vraie puissance dans votre domaine d’expertise. »

 

Groupe TD9.5- Lille, thème 4

Ladislas Maxime, Langlais Nathan, Martin Clémence, Marquette Lise, Lamarca Natacha, Moerman Ophélie.

Groupe 7-1 – Sophia – Thème 4

 « De la veille au renouveau »

De nos jours, force est de constater que dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel, il est primordial pour les entreprises de connaître et maîtriser parfaitement leur environnement. Afin d’y parvenir au mieux, il est important de rechercher, collecter, trier et diffuser des informations en interne comme en externe de manière efficiente dans l’intention de s’inscrire dans une stratégie globale.

La modernisation des moyens technologiques et l’évolution des modes de pensées de la société ont permis un accès plus facile et plus complet à l’information. En effet, internet est à l’origine d’un grand nombre d’informations pertinentes et utiles concernant le marché et la concurrence (opportunités, menaces) à l’entreprise. Il est désormais possible d’accéder à diverses ressources publiques concernant nos concurrents comme leur santé financière par exemple. Néanmoins, certaines d’entre-elles, privées, sont disponibles plus ou moins aisément telles que des lettres concernant des litiges. Ces informations, récupérées par différents types de veilles informatique, financière, concurrentielle, pour ne citer que les plus importantes, peuvent constituer une véritable force pour l’entreprise face à ses concurrents.

En outre, le développement récent des réseaux sociaux, forums,… où les consommateurs peuvent s’exprimer librement a considérablement accentué ce phénomène. On remarque notamment que des informations compromettantes et préjudiciables peuvent y être divulguées sans possibilité de les faire disparaître. Celles-ci peuvent émaner de consommateurs mécontents, de salariés imprudents, qui publient des propos nuisibles aux concurrents.

Ainsi, la veille permet aux entreprises de prendre connaissance d’informations concernant sa concurrence mais également son marché ce qui en fait donc une force indispensable, pour preuve, le nombre croissant d’entreprises ayant recours à ces différentes techniques. Il est toutefois important de prendre conscience du fait que ce que nous avons considéré comme force peut également nous être préjudiciable.

Simon BENOIT – Thomas BIZARD – Charlotte BRAULT – Cédric CASANOVA – TD 7, Groupe 1

Groupe 8.2 – LILLE – Thème 4

Lien

VEILLEZ SUR VOTRE FUTUR

 

La veille en entreprise consiste à anticiper les risques liés à l’environnement de l’entreprise, en collectant les informations nécessaires à la prise de décision dans des conditions optimales.

La veille s’inscrit dans le mouvance du développement durable puisqu’il s’agit de donner les clés à l’entreprise afin que son activité puisse perdurer.

 En quoi consiste concrètement la veille ?

La veille est une étape de l’intelligence économique. La recherche d’information est un processus très organisé puisque l’on distingue les informations blanches (directement accessibles par les moteurs de recherche de l’entreprise), grises (nécessitant des outils de recherche plus techniques), noires (méthode plus intrusive qui consiste à aller espionner les entreprises concurrentes). On distingue cinq étapes essentielles dans le processus de veille : le ciblage ( pour être plus efficace dans la recherche d’information), le sourcing (quels outils technologiques vont servir à l’entreprise pour aller chercher l’information) la collecte, sélection des info, analyse et synthèse, diffusion.

 Pourquoi la veille est-elle essentielle de nos jours ?

Aujourd’hui la veille est indispensable pour faire face à un monde de plus en plus instable, en pleine mutation numérique où règne la concurrence et où et surgissent tous les jours de nouvelles menaces : risques naturels, conflits, criminalité, terrorisme, interdépendances des risques. La veille a pour objectif d’accroître la compétitivité de l’entreprise, de mobiliser sa capacité de réaction par rapport à son environnement et de se prémunir contre l’incertitude tout en trouvant des relais de croissance.

 Comment la mettre en place?

Investir dans le recrutement de personnes compétentes dans l’intelligence économique, c’est-à-dire recruter des risk-managers pour la gestion des risques (environnementaux,managériaux), mais aussi des personnes atypiques, curieuses, avec un sens critique aiguisé vis-à-vis de l’information collectée.

Investir dans la recherche et développement de façon à rester innovant et avoir toujours un temps d’avance par rapport aux autres.

S’appuyer sur les brevets émis par les autres concurrents.

Les Japonais et Américains s’appuient depuis longtemps sur la veille technologique permise par les brevets. En revanche, L’Oréal ne s’est lancée dans la veille et l’intelligence économique pour sa production que depuis 2010, dans la mesure où peu d’informations étaient déontologiquement disponibles, alors qu’aujourd’hui, le comportement des concurrents a évolué, ce qui rend accessible certaines informations et permet de profiter des publications préparatoires des brevets et des brevets eux-mêmes.

Laurine CHANDET – Pauline DAHIREL – Hugo DUMURGIER – Lisa DUMOULIN – Laura FERNANDEZ – Pierre Louis CROS

Sources: http://www.grenoble-ecobiz.biz/jcms/rec_144019/fr/un-exemple-dorganisation-de-veille-strategique-le-groupe-loreal

groupe 2-7, Lille, Thème 4

« Agir aujourd’hui, c’est penser demain »

Notre quotidien économique est aujourd’hui constitué d’une concurrence sans précédent et d’un rythme effréné d’innovation, il est donc essentiel d’anticiper les changements à venir afin de rester compétitif et d’assurer la pérennité de l’entreprise.

La  coopération  devient cruciale car elle permet d’être au courant de tout ce qu’il se passe, c’est la veille technologique. Il faut savoir coopérer pour rester sur un marché, comme au jeu de Go ou la stratégie consiste à ne jamais tuer son adversaire car il représente une source de surpassement.

La veille juridique est également essentielle,  car les normes ont une incidence directe sur l’existence d’une firme ou d’un produit sur un marché et sur la capacité de pénétration sur un marché. Il faut donc tenter d’influer les normes dans un sens positif pour l’entreprise car une fois publiées il est déjà trop tard !

C’est ainsi que disparait peu à peu le système pyramidal pour laisser place à une organisation favorisant l’échange de connaissances et d’informations et la participation active de chacun dans l’optique de créer de la valeur.

L’intelligence économique est l’art d’utiliser l’information et la connaissance pour appuyer une stratégie et obtenir le meilleur résultat possible. Cela est rendu possible par la veille économique qui est un résultat direct de la transformation de la structure de la valeur ajoutée d’une entreprise dans la mesure où celle-ci dépend de plus en plus de l’immatériel et du software contre le hardware, à l’instar de Thales qui a su profiter du développement du Cloud pour faire du cryptage de données une de ses activités majeures. Safran illustre bien l’importance de l’anticipation puisqu’un délai  de 10 ans entre la lancé  d’un projet et l’obtention des premiers résultats  escomptés est nécessaire.

L’entreprise d’aujourd’hui donc est un réseau atomique de connaissances. L’autorité est diffuse entre les micros pouvoirs qui ont tous leur importance et permettent à l’entreprise de faire des choix.  L’entreprise est  fondée sur ce modèle infocentré.

Steinmyller Charles, Steinhart Guillaume, Tharreau Charles, Thajjit Amira, Rinn Estelle, Renaud Tristan, Ricard Yannick

Groupe 5-5 – Lille – Thème 4

D’après Jean-Louis Tertian, éminent responsable du service de coordination à l’Intelligence Economique, il existe quatre principes clés pour le fonctionnement de l’entreprise : la maîtrise, la mémoire, le réseau et l’analyse. Or, qu’est-ce que la veille ? Elle consiste en l’analyse des données stratégiques pour prévoir les changements et les innovations.

Dans quelles mesures la veille est-elle indispensable pour vous, entreprises,  lorsqu’il s’agit de se placer sur un territoire ultra-concurrentiel ? Parce qu’aujourd’hui, les décisions entrepreneuriales se basent non seulement sur les données de l’entreprise mais aussi sur l’analyse de l’environnement externe, nécessaire pour affronter une concurrence toujours plus forte. Ainsi, cela vous évite d’être dépassée en matière d’innovation et d’en tirer un avantage concurrentiel pour toujours avoir une longueur d’avance. Par exemple, cela vous empêche de vous retrouver face à un produit concurrent similaire à un produit que vous venez de lancer sur le marché.

A quels risques vous exposez-vous si vous négligez l’importance de la veille ? Les interactions entre organisations étant imprévisibles et se multipliant rapidement, un défaut de surveillance entrainerait inévitablement un retard considérable.

Comment vous, entreprises, pouvez-vous alors mettre en place la veille ? Il faut recruter des managers formés en Intelligence Economique, collecter des informations avant de les analyser et développer des stratégies d’influence basées sur l’avantage culturel et compétitif du pays pour mieux négocier, coopérer et influencer.

Enfin, la plupart des gens pourraient confondre veille et espionnage mais il est important d’insister sur le fait que la veille est une activité légale et méthodique qui vous permet d’avoir un ascendant significatif sur vos concurrents.

Alors n’hésitez plus, « Soyez intelligents et surveillez ! ».

Morgane Le Hir, Clémence Mabire, Thibault Maillard, Robert Mbog, Joffrey Mercier, Geoffrey Merckaert

 

 

Groupe8-5-Sophia-Thème4

L’intelligence économique connaît un développement croissant depuis ces dernières années. Elle repose sur la maitrise de l’information stratégique par et pour les entreprises. Pour se faire, il est nécessaire de mettre en place au préalable des processus de veille stratégique. Celle-ci consistant en l’observation de l’environnement immédiat de l’entreprise qu’il s’agisse de concurrents ou de nouveaux entrants sur le marché, mais également de tout autre élément jouant en faveur ou en la défaveur de l’entreprise. La veille stratégique est quelque chose de primordial pour tous les domaines de l’entreprise. Elle permet à celle-ci d’échelonner leurs objectifs tant sur le court que le moyen et le long terme. De plus, la veille permet de prendre de l’avance sur différentes normes telles que juridiques, technologiques, commerciales… Il est donc essentiel d’utiliser cette stratégie.

La première étape se base sur la prospection de l’information. Les analystes doivent être familiers avec l’environnement de l’entreprise et son orientation stratégique afin de retirer un maximum d’informations pertinentes. Celles-ci se décomposent en plusieurs catégories : tout d’abord l’information blanche accessible à tous licitement, l’information grise quant à elle est semi accessible à cause des difficultés d’obtention. Enfin, l’information noire est une information à diffusion restreinte et dont l’accès ou l’usage est protégé. La deuxième étape réside en l’identification des vulnérabilités, c’est-à-dire une défaillance qui serait susceptible d’affaiblir l’entreprise elle-même ou bien ses concurrents. L’étape suivante exploite ces vulnérabilités en consolidant sa protection lorsqu’il s’agit de ses propres défaillances stratégiques et tente de les exploiter lorsqu’il s’agit de celles de ses concurrents. Enfin, la dernière étape est la diffusion des bonnes informations aux bonnes personnes concernées dans l’organisation.

En somme, la veille stratégique apparaît indispensable pour la pérennité d’une entreprise. Néanmoins, la limite est mince entre la veille et l’espionnage. « VEILLEZ, GARDEZ LES YEUX OUVERTS ! »

Charlotte LANDREAU, OTHMANE LAOUFIR , Rémy LEFETZ, Clémentine LIGNIER, Clément LOISON – Groupe 8-5 Sophia

Sources :
– Séminaire du 29 janvier à SKEMA Sophia et notamment l’intervention de Thomas OLLIVIER (Responsable stratégie et partenariats de la MAIF)
– http://pf-fc.uvt.rnu.tn/foadF/m2pa/module9/sequence4/Chapitre-2/Sous-section-2-1-4.html

Groupe 1 TD8 – Sophia – Thème 5

Je suis Anne Honime haut responsable intelligence économique dans une entreprise publique. Dans le cadre de mes fonctions, j’ai été amenée à analyser l’influence de l’intelligence économique dans l’économie.

Il semble qu’aujourd’hui l’information soit la vraie richesse de l’entreprise et il est primordial de savoir la protéger quand cela est nécessaire ou bien au contraire de la partager.  « L’intelligence économique peut être définie comme l’ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution en vue de son exploitation, de l’information utile aux acteurs économiques » (Rapport Martre). Dans cette perspective, les groupes de pression (Lobbies) ont une influence de plus en plus forte sur les lois et les acteurs économiques grâce à leurs moyens intellectuels, économiques et relationnels. Toutefois, en France les Lobbies sont craints car on y voit une « influence corporatrice ».

Par ailleurs, il semble que les entreprises élaborent une stratégie d’action et d’influence : elles cartographient les acteurs, définissent leur environnement et les lieux légitimes, négociés tels que les think tank et semi-libres comme Youtube par exemple. De ce fait, les entreprises se protègent mieux contre les menaces internes (ex : divulgation d’informations par les employés) et externes (ex : liée à la concurrence). Néanmoins, il faut veiller à ne pas tomber dans une paranoïa. D’une part, cela serait néfaste pour l’entreprise dans la mesure où cela peut engendrer des coûts très importants. D’autre part, le grand public doit être informé que les stratégies d’influence menées ne sortent pas du cadre de la légalité. Cela est d’autant plus vrai en France.

En conclusion, l’influence est le moteur clé de la pensée stratégique. En effet, il est essentiel de savoir ce que l’on est et ce que l’on veut.

Sources :
– www.actulligence.com
– www.aci-org.net

Groupe 1 TD8 – Sophia Antipolis :
ANSART Camille, BILDSTEIN Nelly, BERTACCHINI Julie, CATTIAU Alizée, CHALLAL Sophie

information

 

Groupe 2-4-Sophia-Thème4

Mettez vous en mode veille !

Il est nécessaire pour les entreprises de connaître leur environnement, ses acteurs et les facteurs qui agissent en son sein, pour pouvoir être actif et compétitif dans le contexte concurrentiel autour d’elles.

L’activité de la veille en entreprise,  qui consiste à rassembler des informations stratégiques pour permettre d’anticiper les évolutions et les actions des concurrents, s’avère indispensable pour celles ci, en matière de prévention de risques.

L’un des buts fondamentaux de la veille technologique repose sur une herméneutique de la recherche et de la prévision qui est téléologiquement nécessaire à la mise à jour de l’entreprise ainsi qu’à sa pérennité. C’est pourquoi le suivi des évolutions techniques ainsi que la capacité d’anticiper sur la concurrence par la découverte de nouveaux procédés ou matériaux, offre la possibilité de valoriser la qualité des produits tout en diminuant les coûts de production.

Certes, le retour sur investissement n’est pas visible dans l’immédiat. Mais si une stratégie de veille est mise en place au sein d’une entreprise, ceci peut lui apporter beaucoup d’avantages pour son avenir, comme par exemple une capacité de prévention (comportement actif), d’analyser et de s’adapter (comportement réactif) et au mieux de collaborer et innover (comportement proactif).

En matière financière, la veille est un pari gagné d’avance : une entreprise peut investir durant plusieurs années pour renforcer sa sécurité et pouvoir anticiper en cas d’incident, et ainsi de prendre le moins de risques possibles.

Entreprises, Mettez-vous en mode veille !

Oscar De Poncins, Claire Dehaussy, Caroline Dhez, Lauren Evelanyou, Thomas Georges

Groupe 8.5 – LILLE – Thème 4

«  VEILLER, C’EST GAGNER  »

De nos jours, nous savons tous que les entreprises se développent dans un univers très concurrentiel où les informations prédominent et circulent rapidement. Les entreprises doivent donc se démarquer au mieux en anticipant les besoins des consommateurs et en étudiant la concurrence afin d’adopter la meilleure stratégie possible. 

Selon e-marketing.fr , on peut définir la veille comme étant  la collecte  permanente d’informations sur les avancées et les orientations stratégiques de la concurrence en matière de produits, de techniques de production, de modes de commercialisation ou encore de communication.

Dans l’ère de la Knowledge Economy, autrement dit une économie où l’information est indispensable, la vieille apparaît comme fondamentale pour les entreprises. Cependant, il ne s’agit pas d’accéder à une information brute, quelconque, accessible à tous et qui ne créerait pas de valeur pour l’entreprise ; dans ce cas-là on parle d’information blanche. Il s’agit au contraire d’exploiter une information a priori moins accessible, qui requiert d’être triée et analysée, et qui représente une véritable plus-value pour l’entreprise, on se situe alors au niveau de l’information grise. Cette recherche assidue d’information constitue un élément clé de la stratégie de l’entreprise, elle lui permet d’augmenter sa capacité d’innovation et d’anticiper les contraintes environnementales et sociales.

Par ailleurs, la veille permet de prévenir les risques pour l’entreprise qui peuvent être de type environnementaux, managériaux. . . Ainsi,  ça lui permettrait d’éviter certains coûts en adoptant une mauvaise stratégie et d’assurer sa prospérité.

Pour conclure, nous dirons que la veille permet aux entreprises de se développer et de rester compétitives dans un monde désormais dominé par l’afflux d’informations et une forte concurrence. C’est pourquoi nous sommes convaincues que veiller c’est gagner !

Emilie PHANTHAVONG – Cindy NGO – Mathilde NISON – Marion NOALHYT – Claire MINISHETTI – Lorraine MITON

Groupe 8.5 – LILLE – Thème 1

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Table Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

«  VEILLER, C’EST GAGNER  »

De nos jours, nous savons tous que les entreprises se développent dans un univers très concurrentiel où les informations prédominent et circulent rapidement. Les entreprises doivent donc se démarquer au mieux en anticipant les besoins des consommateurs et en étudiant la concurrence afin d’adopter la meilleure stratégie possible. 

Selon e-marketing.fr , on peut définir la veille comme étant  la collecte  permanente d’informations sur les avancées et les orientations stratégiques de la concurrence en matière de produits, de techniques de production, de modes de commercialisation ou encore de communication.

Dans l’ère de la Knowledge Economy, autrement dit une économie où l’information est indispensable, la vieille apparaît comme fondamentale pour les entreprises. Cependant, il ne s’agit pas d’accéder à une information brute, quelconque, accessible à tous et qui ne créerait pas de valeur pour l’entreprise ; dans ce cas-là on parle d’information blanche. Il s’agit au contraire d’exploiter une information a priori moins accessible, qui requiert d’être triée et analysée, et qui représente une véritable plus-value pour l’entreprise, on se situe alors au niveau de l’information grise. Cette recherche assidue d’information constitue un élément clé de la stratégie de l’entreprise, elle lui permet d’augmenter sa capacité d’innovation et d’anticiper les contraintes environnementales et sociales.

Par ailleurs, la veille permet de prévenir les risques pour l’entreprise qui peuvent être de type environnementaux, managériaux. . . Ainsi,  ça lui permettrait d’éviter certains coûts en adoptant une mauvaise stratégie et d’assurer sa prospérité.

Pour conclure, nous dirons que la veille permet aux entreprises de se développer et de rester compétitives dans un monde désormais dominé par l’afflux d’informations et une forte concurrence. C’est pourquoi nous sommes convaincues que veiller c’est gagner !

Groupe 8.5 – LILLE – Thème 1

Emilie PHANTHAVONG – MATHILDE NISON – CINDY NGO – MARION NOALHYT – LORRAINE MITON – CLAIRE MINISHETTI