Groupe 5-7-Sophia Antipolis-Thème4

« Celui qui ne prévoit pas les choses lointaines s’expose à des malheurs prochains. »

Confucius

On peut caractériser la veille concurrentielle comme étant « un état ou dispositif de surveillance continue des actions et produits des concurrents actuels ou potentiels. […] elle peut se faire par le biais de services ou outils spécifiques et par une mobilisation des salariés. » (www.definitionmarketing.com).

La veille permet à une entreprise de faire face de manière plus efficace à la concurrence et lui permet ainsi d’acquérir de nouvelles parts de marché, voir d’évincer ses concurrents pour acquérir les siennes. De plus, elle permet à l’entreprise qui la pratique d’avoir une connaissance sur tout ce qui peut se passer dans un domaine donné.

La veille est donc pour l’entreprise un outil « d’anticipation » des évènements futurs qu’il s’agisse d’évolutions technologiques ou des manœuvres des concurrents. Si la veille permet à l’entreprise de gagner des parts de marché, elle peut aussi lui éviter d’en perdre.

Vivant aujourd’hui dans une économie de marché, la concurrence est incessante et grandissante, il ne s’agit désormais plus de savoir ce que le client veut mais ce que le client voudra, il faut anticiper, toujours, tout le temps afin de rester dans la course.

Cette veille de quelque nature qu’elle soit, est nécessaire dans n’importe quel domaine, pour l’entreprise certes, mais aussi à une échelle plus grande, pour l’Etat. En matière de renseignements, la veille est primordiale car elle est synonyme de sécurité.

Suite à notre réflexion sur la veille concurrentielle en découle ce slogan :

La veille, outil de sécurité et d’anticipation, permet de mieux comprendre le client d’aujourd’hui et demain, de répondre au mieux à ses attentes. De la surveillance des concurrents en résulte un gain des part de marché, une pérennité à long terme de l’entreprise et l’accroissement des profits.

 

Florine Martin, Cyril Mugnier, César Natali, Jean-Philippe Marro, Romain Mure