Groupe 6 3-Lille-Thème4

« Don’t loose the fight, use strategic foresight »

La veille est le fait de se renseigner sur les avancées technologiques et économiques c’est-à-dire la recherche d’informations en général en vue d’améliorer l’efficacité de l’entreprises. Aujourd’hui il est primordial d’analyser l’environnement de l’entreprise au niveau scientifique, technologique et économique. En effet, cela permet d’éviter de se laisser dépasser par les avancées des concurrents sur son marché.

La veille stratégique regroupe différents types de veille comme la veille image, commerciale, technologique, concurrentielle, juridique et environnementale. Il est essentiel aujourd’hui pour les entreprises de se tourner vers l’avenir et c’est l’occasion de prendre l’avantage sur les opportunités qui se présentent à elles pour devancer les adversaires et conserver une compétitivité certaine. Saisir les opportunités passe par la recherche d’informations. Or dans cette nouvelle économie, qu’est l’économie de la connaissance, l’information circule toujours plus vite, il faut donc avoir une meilleure réactivité face au marché pour prendre des décisions stratégiques et bénéfiques pour l’entreprise.

 La veille est pertinente si l’entreprise est capable d’analyser et d’utiliser les informations à bon escient car la recherche d’information ne suffit pas à se démarquer, ce sont la maîtrise et les décisions qui sont prises grâce à ces informations qui vont permettre à une entreprise de prendre l’ascendant. la veille consiste donc non seulement en la recherche d’informations puis en la compréhension de ces dernières pour enfin agir et prendre les meilleures décisions possibles.

En conclusion, les entreprises qui négligent la veille sont destinées à décliner tant l’économie de la connaissance et tout ce qu’elle englobe a bouleversé le monde des entreprises. ( 263 mots )

Source : www.veille.com

Groupe 6-3 : Manon DUBOURG, Hugue-Antoine DUCLEAUX, Lilia FATTAKOVA, Ingrid FAUQUEMBERGE, Charlie FREJEK, Emilia FREYDIER

Groupe94 – Lille – thème4

Le Knowledge Economy : Mondialisée, informée et analysée !

Grâce au boom de la technologie, dont internet, le monde entier est interconnecté et cette nouvelle ère prône la libre circulation de l’information. Nous sommes actuellement dans un contexte de mondialisation où l’information dépasse toute frontière. Elle est à notre disposition grâce au stockage informatique ou à une clique sur un moteur de recherche. Cependant il faut distinguer l’information blanche, c’est-à-dire l’information qui est disponible instantanément qui n’a pas de valeur ajoutée, de l’information grise, l’information que l’Homme intègre.
Il faut donc se méfier de certaines informations qui peuvent être fausses ou hyperboliques et avoir un esprit critique. Il faut savoir analyser ce qui est important et transformer les informations en connaissances, croyances et expériences. Les risques des informations et des connaissances nécessitent d’être évaluées pour pouvoir s’adapter et anticiper car nous vivons dans une concurrence mondiale où règne la loi de la jungle.

Les collaborateurs jouent donc un rôle essentiel. La technologie est nécessaire mais pour pouvoir la développer, il faut le savoir-faire et la capacité analytique des hommes. La connaissance est au cœur de cette réussite, nous pouvons citer comme exemple la réussite d’Apple : l’idée d’un homme est à l’origine de l’idée et la connaissance, la créativité la et capacité d’innovation permettent à l’entreprise d’anticiper et d’être un leader. Le capital intellectuel est donc aussi important que le capital financier et c’est ce qui permet de répondre aux besoins des clients ainsi qu’à de nombreux enjeux contemporains comme par exemple la question environnementale.
La veille stratégique, qui se caractérise par l’analyse des connaissances, permet une prise de décision efficace qui répond aux besoins contemporains. Le Knowledge Economy est essentiel pour pouvoir évoluer dans un monde qui change constamment : il ne faut pas négliger la capacité analytique humaine.

GARCON Marjorie, GIRARD Tristan, GRIGGS Sarah, GUILBAULT Lucie, HA Chi Chung, HADDANI Othmane, LACOSTE Adrian Groupe 9-4

Groupe8-5-Sophia-Thème4

L’intelligence économique connaît un développement croissant depuis ces dernières années. Elle repose sur la maitrise de l’information stratégique par et pour les entreprises. Pour se faire, il est nécessaire de mettre en place au préalable des processus de veille stratégique. Celle-ci consistant en l’observation de l’environnement immédiat de l’entreprise qu’il s’agisse de concurrents ou de nouveaux entrants sur le marché, mais également de tout autre élément jouant en faveur ou en la défaveur de l’entreprise. La veille stratégique est quelque chose de primordial pour tous les domaines de l’entreprise. Elle permet à celle-ci d’échelonner leurs objectifs tant sur le court que le moyen et le long terme. De plus, la veille permet de prendre de l’avance sur différentes normes telles que juridiques, technologiques, commerciales… Il est donc essentiel d’utiliser cette stratégie.

La première étape se base sur la prospection de l’information. Les analystes doivent être familiers avec l’environnement de l’entreprise et son orientation stratégique afin de retirer un maximum d’informations pertinentes. Celles-ci se décomposent en plusieurs catégories : tout d’abord l’information blanche accessible à tous licitement, l’information grise quant à elle est semi accessible à cause des difficultés d’obtention. Enfin, l’information noire est une information à diffusion restreinte et dont l’accès ou l’usage est protégé. La deuxième étape réside en l’identification des vulnérabilités, c’est-à-dire une défaillance qui serait susceptible d’affaiblir l’entreprise elle-même ou bien ses concurrents. L’étape suivante exploite ces vulnérabilités en consolidant sa protection lorsqu’il s’agit de ses propres défaillances stratégiques et tente de les exploiter lorsqu’il s’agit de celles de ses concurrents. Enfin, la dernière étape est la diffusion des bonnes informations aux bonnes personnes concernées dans l’organisation.

En somme, la veille stratégique apparaît indispensable pour la pérennité d’une entreprise. Néanmoins, la limite est mince entre la veille et l’espionnage. « VEILLEZ, GARDEZ LES YEUX OUVERTS ! »

Charlotte LANDREAU, OTHMANE LAOUFIR , Rémy LEFETZ, Clémentine LIGNIER, Clément LOISON – Groupe 8-5 Sophia

Sources :
– Séminaire du 29 janvier à SKEMA Sophia et notamment l’intervention de Thomas OLLIVIER (Responsable stratégie et partenariats de la MAIF)
– http://pf-fc.uvt.rnu.tn/foadF/m2pa/module9/sequence4/Chapitre-2/Sous-section-2-1-4.html