Groupe8.2-Lille-Theme1

Face à un monde en constante évolution, où les distances sont réduites grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), la notion de l’économie de la connaissance et du management émerge depuis les années 1990. Cette économie reste aujourd’hui un concept abstrait aux multiples définitions. Difficile alors de s’y retrouver, surtout lorsque l’on sait qu’on y est confronté à chaque moment, sans pouvoir la définir précisément. D’autant que nos futurs employeurs seront à coup sur très exigeants en raison de notre immersion dans ce système digital depuis notre enfance.

Une telle économie de la connaissance et du management peut elle suffire à elle seule à créer un monde plus performant ?

Depuis le passage au nouveau millénaire, notre génération Y est la principale actrice de ces bouleversements majeurs. Mais également la principale victime.

On constate en effet que les réseaux sociaux font partis intégrants de nos modes de vies. Grâce à ces outils nous créons de plus en plus de réseaux qui nous lient les uns les autres, autant dans notre vie privée que dans notre vie professionnelle. Nous participons ainsi à nourrir cette knowledge economy.

Désormais, pour faire face à la compétitivité actuelle dans la knowledge economy, les entreprises doivent constamment faire preuve d’ingéniosité et de créativité.  Or toute notre génération détiendra les mêmes compétences en terme de NTIC, ce qui amènera à une standardisation et une homogénéisation des savoir-faire.

D’autre part la dématérialisation dans cette knowledge economy peut engendrer une perte du contact humain, qui sera surement regrettée à long terme. En effet l’amplification constante du monde virtuel pourrait engendrer l’accroissement de relations factices et une perte de certaines valeurs.
Nous constatons alors que l’innovation devient ininterrompue. Ces innovations se heurteront sans doute à une certaine limite, et à un certain épuisement à long terme.

 

Chandet Laurine
Cros Pierre Louis
Dahirel Pauline
Dumoulin Lisa
Dumurgier Hugo
Fernandez Laura

2 réflexions au sujet de « Groupe8.2-Lille-Theme1 »

  1. Gr8.2 – Lille –

    Pour compléter notre article, une vidéo afin de vous montrer l’ancrage de la génération Y dans cette Knowledge Economy:
    https://www.youtube.com/watch?v=uGUNXzs8N8Q</

    En outre, la multiplication des réseaux sociaux et l’interconnexion croissante permettent d'accroître nos richesses culturelles par un simple clic (Wikipédia, formation à distance comme Crossknowledge). Par là, nous devenons de plus en plus acteurs de la nouvelle économie.
    D'autre part, une telle quantité d'information fournie par ce Big Data, risque d'effacer les frontières entre nos vies professionnelles et privées, pourtant fondamentales.

    Néanmoins, l'intelligence collective par ces avantages, prend de plus en plus de place dans le management des entreprises et peut renforcer les relations au sein des entreprises. comme on le remarque avec un management pyramidale de plus en plus désuet
    De plus le Knowledge economy and management permet de résoudre de nombreux problèmes et de financer certaines initiatives prometteuses grâce notamment au Crowdfunding comme MyMajorcompany.com

    Ainsi l’économie de la connaissance bouscule véritablement les systèmes acquis et engendre des mutations parfois extrêmes…

    Chandet Laurine
    Cros Pierre Louis
    Dahirel Pauline
    Dumoulin Lisa
    Dumurgier Hugo
    Fernandez Laura

Laisser un commentaire