Groupe 9.2 LILLE – Thème 2

L’idée de l’open space afin de favoriser la communication, la collaboration, l’apprentissage, le partage ainsi que la créativité des salariés est peu conventionnelle.

Problème : la manière de manager que nous observons aujourd’hui n’est plus la même, les employés ont besoin de bien-être, d’une nouvelle manière de fonctionner. Il s’agit alors de s’adapter, pas nécessairement à chaque personne, mais plutôt créer un cadre de vie au sein de l’entreprise.

Le but est d’appréhender les relations de travail d’une nouvelle manière pour favoriser l’innovation ou l’amélioration de la compétitivité, dans une infrastructure technologique articulée autour des relations et humaines.

Créer, partager et utiliser les connaissances individuelles et collectives en vue d’en faire de la performance.

Tout cela nous amène à faire le parallèle avec Skema Business School. En effet, notre école dispose d’espaces de travail ouverts, semblables au climat de travail de Google (la Fusée). Or la Fusée est un lieu dédié aux étudiants pour travailler dans le calme. Dès lors, il nous paraitrait intéressant de pouvoir disposer d’un lieu ressemblant à la Fusée où il serait possible d’échanger librement sans contrainte et donc de laisser libre cours à notre imagination.

Par exemple, dans le cadre de ce travail de groupe où l’objectif est de partager nos idées, il aurait été plus stimulant de travailler dans un environnement comme celui cité précédemment.

 

Evan CHARBOUILLOTChloé CHAVANAC
Claire DANLOUX

Eric DANG

Martin DALLENNE

Mehdi DAOUIRI

 

7 réflexions au sujet de « Groupe 9.2 LILLE – Thème 2 »

  1. Enrichissement :

    http://www.youtube.com/watch?v=gLc6rKQGvKo

    Cette vidéo confirme ce que nous avons énoncé dans notre article. En effet, ces petites entreprises se sont regroupées pour disposer d’un espace de travail plus enclin à développer leur activité: avec un espace de travail ouvert, plus grand et dédié aux knowledge workers, la créativité de ces derniers est favorisée.
    Ce modèle est adapté à la mouvance actuelle. De fait, le co-working s’inscrit dans la Knowledge Economy et nous semble faire partie de l’avenir du management. Il tend à se développer.

    http://www.forbes.com/sites/barbaraarmstrong/2012/05/24/balancing-the-needs-for-collaboration-and-privacy-a-tall-order-in-workplace-design/

    Néanmoins, à travers cet article, nous pouvons observer une objection à ce modèle de travail. Selon Barbara T. Armstrong, il connait une limite car il peut être déstabilisant de ne pas avoir d’espace personnel, et ainsi, limiter la productivité de certains.

    En conclusion, un tel modèle peut développer la Knowledge Economy si les knowledge workers y adhèrent, mais il ne doit pas être imposé et doit rester une proposition parmi d’autres faite aux travailleurs. Un espace personnel et privé doit pouvoir rester à leur disposition car tous n’adhèrent pas au modèle. C’est donc une question de moeurs et d’évolution des mentalités qui peut prendre du temps. De plus, les possibilités d’amélioration de la productivité d’une entreprise peuvent passer par d’autres facettes du Knowledge Management.

    Claire Danloux, Chloé Chavanac, Mehdi Daouiri, Martin Dalenne, Eric Dang, Evan Charbouillot

  2. Commentaire sur votre première partie :

    Le thème abordé nous semble pertinent. En effet, le travail en open space est une manière innovante de travailler de plus en plus répandue dans les entreprises. Dans certaines grandes firmes multinationales, notamment chez Google, cet agencement permet une plus grande motivation ainsi qu’une performance aigüe. De plus, le fait que vous illustriez par un exemple issu de votre propre expérience rend votre analyse plus concrète.
    Néanmoins, il aurait selon nous été préférable d’ajouter un ou plusieurs exemples plus universels afin de démontrer l’importance de ce type d’espace sur la productivité en entreprise.
    En outre, vous auriez également pu nuancer l’effet de l’open space qui n’a pas toujours eu (contrairement à ce que vous semblez soutenir) seulement des aspects positifs. Il n’est d’ailleurs pas toujours possible de l’instaurer au sein des entreprises.

    Groupe 4-3 Lille : Marine Foulon – Amélie Duarte – Anass Ettaï – Jean Emmel – Grégoire Du Chaylard – Clémence Foutieau

  3. Votre article est intéressant car il est bien construit, basé sur exemple de votre propre expérience et vous citez des sources extérieures pour valider vos arguments.

    Toutefois, nous trouvons dommage qu’il n’y est pas plus d’importance accordée aux définitions des termes du sujet : KE et KM. En effet, ces termes sont peu connu de la majorité du public et il aurait été intéressant d’en accorder quelques lignes.
    De plus, vous auriez pu approfondir les aspects négatifs de l’open space puisqu’il ne va pas de soit que ce lieu est forcément un endroit où la créativité est stimulée.

    Cependant, votre article est très clair et votre travail est bien fait.

    Groupe 5 – 3 :

    Hadrien Giroud
    Eva Franchomme
    Marie Facon
    Margaux François
    Caroline Dubois
    Marion Fabre

  4. Bonjour,

    Le sujet que vous avez abordé et les éléments que vous y avez apporté sont tout à fait intéressants. En effet, nous aspirons tous à un cadre de travail agréable, dans lequel les conditions de travail sont optimales et la communication entre employés est favorisée. L’idée de l’open space est donc pertinente.
    L’exemple de la fusée nous a fait sourire, car il illustre bien votre propos et qu’il nous est familier, tout comme votre vidéo, qui est très bien choisie.

    Toutefois, il aurait été judicieux de donner plus d’éléments concrets pour décrire l’organisation d’un open space et comment cela se passe dans ce type d’endroit. De plus, vous auriez pu peut-être insister davantage sur la relation entre l’économie/le management de la connaissance et l’open space.

    En somme, votre article est clair, concis, didactique et intéressant. :)

    Groupe 1-4 : FLORIN Capucine, GEFFROY Caroline, GERARD Aurélia, HUYGEBAERT Mélanie, IBANEZ Mathilde, LEMOINE Mathilde

  5. Votre article est très intéressant.
    Les idées que vous avez mises en avant sont pertinentes, claires et le fait d’y ajouter vos propres expériences avec l’exemple de Skema Business School permettent d’apporter de la richesse et de l’intérêt à votre article.

    Le seul point négatif, à notre sens, est de ne pas avoir suffisamment parlé de la Knowledge Economy et du Knowledge Management.

    Groupe 7-5, LILLE

  6. l’open space ne présente pas que des avantages incontestables, il peut être aussi un élément symbole de problèmes dans une entreprise.
    premièrement on peut en effet dire, qu’il ne correspond pas à chaque membre d’une entreprise car l’open space est synonyme de manque d’intimité qui peut être essentiel pour certain.
    De plus il entraine un manque de concentration plus constant qui aboutit à terme à une réduction de la productivité.
    En conclusion, l’open space n’est pas uniquement un atout pour une entreprise, il s’agit d’un nouvel atout qui nécessite d’établir des règles pour pouvoir bénéficier pleinement de ce qu’il pourrait apporter à une entreprise.

    GROUPE 6-3

  7. La question de l’open space et des conditions de travail actuelles est primordiale dans le contexte économique dans lequel nous nous trouvons. En effet, pour relancer la croissance, pour dynamiser la consommation, il est nécessaire d’innover sans cesse. Le partage d’informations et de savoir, la discussion sont des paramètres centraux pour l’innovation. Stimuler l’innovation revient donc à partager, l’open space est l’endroit idéal pour cela. La corrélation entre la bonne santé d’une entreprise et des conditions de travail accommodantes a été maintes et maintes fois prouvée. C’est pour cela, que je trouve que l’idée d’une création d’un espace dédié a la discussion au sein d’une école de commerce est judicieuse. Lauren Groupe 2-4 Sophia

Laisser un commentaire