Groupe5-3-Lille-Thème2

La stimulation de la créativité

Dans une société actuelle  en pleine mutation, la création de richesse matérielle s’efface au profit d’une création de valeur immatérielle, mettant ainsi en place une économie de la connaissance.

De l’anglais Knowledge Economy, ce terme définit une nouvelle ère qui met en avant l’innovation, la compétitivité et l’adaptabilité. Il en résulte un tout nouveau type de management appelé le management de la connaissance. Se substituant au management ultra-hiérarchisé, le knowledge management se base sur les ressources humaines de l’entreprise.

La créativité est une réflexion permettant de faire émerger de nouvelles idées et des concepts innovants. Celle-ci se place donc comme un nouvel enjeu pour la réussite des entreprises de demain. En effet, face à une compétitivité renforcée il apparaît de plus en plus nécessaire de se distinguer par l’innovation et la nouveauté, ce que seule la créativité rend possible. Cette dernière est réalisable uniquement par le biais du capital humain de l’entreprise. La créativité est de ce fait à la base du processus d’innovation et donc d’adaptabilité et s’inscrit naturellement comme un facteur clef du Knowledge Management.

Il semble alors capital pour les acteurs économiques de demain, de s’intéresser à la stimulation de la créativité.

Un environnement propice à la réflexion et à l’inspiration, à la fois individuelle et collective, semble donc essentiel à l’émergence de la créativité au sein de l’entreprise. Dans un cadre aéré, des activités stimulantes (brain storming, mind mapping) sont favorables à la naissance d’idées nouvelles. Encourager la réflexion en abattant les frontières de la hiérarchie sont des éléments capitaux à la création. De ce fait, une autonomie et une liberté accrues laisseraient à chacun l’opportunité de donner libre cours à ses inspirations.

Le succès de ce nouveau mode de fonctionnement créatif est aujourd’hui démontré par la réussite des entreprises l’ayant appliqué ; telles que Google ou Accenture.

En outre, il est également possible d’agir sur l’environnement virtuel de l’entreprise avec la naissance du web 2.0 pour stimuler sa créativité. Cette deuxième génération du web, qui a émergé en 2006, a pour but de mettre en interaction les sites et leurs utilisateurs.

C’est cette révolution qui a mené à l’élaboration du User Centric, c’est à dire de plateformes collaboratives permettant la transmission d’informations.

Par ailleurs, l’instauration de réseaux sociaux à l’image d’un « Facebook » interne à l’entreprise a fait émerger unéchange créatif beaucoup plus direct entre les collaborateurs de l’entreprise. Ces réseaux sociaux, tels que MindShare pour GDF Suez, ou YAMMER chez Accenture, favorisent une plus grande liberté d’expression s’adressant à tous types de profils.

De plus, la créativité au sein des entreprises est aussi encouragée par l’organisation de « marketplaces », qui s’apparentent à des évènements internes, durant lesquels ont lieu des foires aux bonnes pratiques. Danone est le parfait exemple de ce modèle de fonctionnement.

Enfin, le Crowd Sourcing également connu sous le nom d’Open Innovation, est un moyen de stimuler la créativité en s’en remettant au public pour l’émergence d’idées toujours plus innovantes.

La créativité est donc un facteur essentiel à l’innovation et à l’adaptabilité dans un monde aujourd’hui très concurrentiel. Il est alors nécessaire de la stimuler à travers l’utilisation de différents outils, évoqués ci-dessus.

google bureaux

 

DUBOIS Caroline, FABRE Marion, FACON Marie, FRANCHOMME Eva, FRANCOIS Margaux, GIROUD Hadrien.

4 réflexions au sujet de « Groupe5-3-Lille-Thème2 »

  1. Il est très intéressant d’avoir relié l’économie de la connaissance à la créativité et plus particulièrement sa stimulation. Ces deux concepts sont clairement expliqués et les exemples de la fin sont pertinents et permettent bien de comprendre l’utilisation de l’économie de la connaissance au profit de la créativité.

    Charlotte LANDREAU Sophia TD8-5

  2. L’avantage concurrentiel « créativité » n’avait pas été mis en avant lors des conférences, il a donc été très intéressant de lire cet article. En effet, la « créativité » que l’on peut décliner en plusieurs moyens comme la réactivité, l’adaptabilité à un marché changeant mais aussi la source de nouvelles idées de l’entreprise qui lui permet d’avoir un réel avantage concurrentiel et, en conséquence, de maintenir ses parts de marché… Cet article nous a donc permis d’élargir la vision du KE et de trouver encore une valeur ajoutée pour une entreprise durable.

    GROUPE TD3-8 SOPHIA

  3. Groupe 5.3 Sophia
    Mettre en avant la créativité est une très bonne idée qui est de plus très pertinente!! Cet article est bien écrit. Cette notion n’avait pas encore été évoqué et elle permet d’étendre le champs de la KE/KM. on voit ainsi que les entreprises ayant une plus forte créativité sont avantagées et garde un temps d’avance sur ces concurrents. Un petit parallèle avec Skema aurait été agréable…

  4. La créativité est en effet dans la knowledge economy un stimulis pour l’innovation. Dans le cadre du knowledge management il pourrait être interessant de savoir comment enseigner la créativité, chose qui semble a priori inné. Facteur clé de l’innovation, la créativité devrait être un fondement du knowledge management.

    Groupe 8-8 Skema Sophia
    Robin Rossignol, Clara Roulot, Johanna Sirna, Alyssa Temimi, Jordan Ribeiro

Laisser un commentaire