Groupe 6-6 – campus Sophia – Thème 1

Etudiants de la fin de la génération Y, nous sommes nés avec les nouvelles technologies et sommes pleinement dans cette nouvelle ère de l’information. Cependant, de part nos études, nos vécus, nous avons chacun des visions différentes de la knowledge economy et du knowledge management.
En effet, les étudiants sortant du cursus professionnalisant ont davantage de ressources de savoir-faire grâce aux stages, travaux d’études (mémoire, études de marché entre autres) où le lien avec les entreprises est direct. En revanche, les étudiants ayant suivi un cursus de classe préparatoire ont une vision théorique, centrée sur le savoir et le savoir-être. Pour cela le management de chacun doit se distinguer : knowledge management.

SKEMA, School of Knowledge Economy and MAnagement, met à notre disposition des outils tels que Your Education Portal (YEP), les plateformes Knowledge et Crossknowledge. Ces trois plateformes permettent le partage des informations et s’inscrit pleinement dans la Knowledge Economy. Avec nos yeux d’étudiants nous voyons cela comme un outil pratique sans forcément nous rendre compte de l’évolution majeure que cela représente.

Cette interconnexion étudiante se retrouve dans la vie associative qui permet d’échanger nos idées nos savoirs afin d’avoir une vision plus globale. Il est important de mentionner l’aspect internationale de notre vision, nous rencontrons au sein de l’école des étudiants étrangers qui bouleverse notre représentation du monde.

Cette ouverture d’esprit sera bénéfique lors de nos expériences professionnelles car nous sommes confrontés à une société mondialisée ayant adopté de nouveaux systèmes de management, sachant tenir compte de nos spécificités.

Pour finir, ce phénomène actuel engendre une fracture intergénérationnelle. En effet, lorsque nous intégrerons le monde de l’entreprise, une incompréhension peut se créer entre les deux générations.

Cinq mots clés : évolution, partage, vision, globalisation, savoirs.

LERAT Valentin, MALLEY Maxime, LOISEAU Alexia, LEGRAND Margaux, LEFRERE Sandrine

4 réflexions au sujet de « Groupe 6-6 – campus Sophia – Thème 1 »

  1. Groupe 6-6 :
    LERAT Valentin – LOISEAU Alexia – LEGRAND Margaux – LEFRERE Sandrine – MALLEY Maxime

    Nous avons évoqué que les écoles de commerce, comme SKEMA, s’étaient déjà emparées de cette révolution du web 2.0. Ainsi celle-ci s’étend en dehors de notre sphère étudiante et touche à présent le monde de l’entreprise.

    Nous pouvons prendre comme exemple la plateforme Knowledge Plaza (http://www.youtube.com/watch?v=LhK65nAV_Q8) utilisée par les entreprises pour comprendre cette évolution vers la knowledge economy.
    Knowledge plaza est une plateforme dédiée au social knowledge management. En effet elle a pour but de partager, enrichir et restituer les informations au sein d’une organisation (entreprises, associations, ONG…). Les informations partagées peuvent être de différents formats : photos, mails, textes, informations externes, discussions, liens… Chaque entreprise peut personnaliser sa plateforme à son image. En étant accessible sur n’importe quel support knowledge plaza permet de fluidifier le partage d’informations et de connaissances. Par ailleurs, ce genre d’outil stimule l’émergence d’idées, de réseaux et d’innovations.

    Nous avons pu côtoyer ce genre de supports à SKEMA (YEP, CrossKnowledge…) et notre génération est déjà habituée au web 2.0. Cela nous donne un avantage dans le Knowledge Management.

  2. Cet article note bien le fait que les étudiants voient la KE (Knowledge Economy) comme un « outil pratique ». En effet, SKEMA donne l’opportunité aux étudiants d’avoir accès à cette KE sans qu’ils ne perçoivent les véritables enjeux et conséquences de celle-ci pour l’avenir. Il est donc important de pouvoir ancrer cette « révolution » chez les professionnels de demain : les étudiants.

    Ce que l’article reflète bien !

  3. Ce qui est pertinent dans cet article, c’est que l’on parle bien de la philosophie de SKEMA. Celle-ci à mis en évidence et de manière très efficace le Knowledge Economy. On peut le constater tout les jours en utilisant le Crossknowledge, le YEP etc…
    C’était aussi important de parler de la société qui est de plus en plus mondialisé, et donc les échanges de plus en plus important, ce qui amène évidemment au Knowledge management.
    GROUPE 3-4
    Fourniaud Brice
    Gombert Mathis
    Gelbon Charlie
    Gabrieau Maxime
    Ferat-Ndao Issa

  4. SKEMA a effectivement bien adapté le concept de la Knowledge Economy et permet à ses étudiants d’en prendre conscience dès le début de leur scolarité. Cette prise de conscience leur sera bénéfique car le monde est de nos jours mondialisé. En effet, Chaque entreprises détiennent de nos jour une filiale ce qui les oblige donc à avoir une plateforme intranet pour permettre aux employés d’intérargir et d’avoir des informations concernant leur propre entreprise, comme à BNP PARIBAS.
    La mise en place du YEP permet aussi aux étudiants d’avoir dans leur vie futur d’avoir le reflexe de se connecter sur la plateforme de leur entreprise.

    Groupe 5 8 :
    Carole Portelance – Alexandra Pourtet – Alexandre Ta -Tiffany Plinguet – SKEMA SOPHIA ANTIPOLIS

Laisser un commentaire