Groupe 8.2-Sophia-Thème 1

Comment percevez-vous la KE/KM avec vos yeux d’étudiants ?

Etant étudiantes à SKEMA qui signifie School of Knowledge Economy and Managament il semble intéressant de s’interroger sur la notion de Knowledge Economy et Knowledge Management. La Knowledge Economy est une technologie post-industrielle née dans les années 1990. Etant nées lors de cette décennie, l’économie de la connaissance nous concerne directement. Nous devons l’étudier en corrélation avec les NTIC (les nouvelles technologies de l’information et de la communication), qui sont aujourd’hui présentes dans la majorité des secteurs. Cette évolution postindustrielle nous semble logique, voire même évidente, puisque nous grandissons avec. C’est pourquoi nous ne la considérons pas comme une profonde mutation. Cependant, durant notre scolarité, nous avions un rapport passif avec la connaissance. Nous nous contentions de la recevoir et de l’assimiler sans pour autant la partager. En entrant à Skema, notre méthode de travail a été radicalement bouleversée et de ce fait nous saisissons l’ampleur et la complexité de la Knowledge Economy. Les travaux de groupe ainsi que les échanges entre étudiants que nous connaissons actuellement diffèrent totalement de ce que nous avons connu dans le passé et nous invitent à développer notre propre Knowledge Economy. En tant que futurs managers, nous comprenons que l’économie de la connaissance est un moyen de valoriser chacun, ce qui contribuera au bon développement de l’entreprise. L’échange et le partage deviennent des valeurs essentielles. En définitive, cette dynamique du savoir s’ancre au plus profond des sociétés actuelles et parait désormais indispensable à la compréhension du monde environnant et des enjeux futurs.

Christelle CHEN YUE YANG, Leslie CHEROUVRIER, Alexiane CUENIN, Caroline DIETRICH, Sarah DUREAU

Sources :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/16/apres-la-crise-l-economie-de-la-connaissance_1521417_3232.html
http://www.cairn.info/l-economie-de-la-connaissance–9782707156877.htm

4 réflexions au sujet de « Groupe 8.2-Sophia-Thème 1 »

  1. Groupe 8.2-Sophia-Thème 1
    1984, roman écrit par George Orwell et publié en 1949 illustre bien la différence entre le partage de connaissances actuel et une économie où toute l’information est restreinte et contrôlée jusque dans le langage pour éviter que certains mots mêmes ne véhiculent des idées. En effet il existe un dictionnaire spécifique, réduit quotidiennement, comportant seulement les mots que la population est en droit d’utiliser Or aujourd’hui, le partage d’informations est beaucoup plus facile grâce à Internet qui est un outil universel qui permet à chacun de donner son opinion et de la transmettre à tous. Il s’agit donc d’un contraste pertinent dans la mesure où George Orwell dans son ouvrage dépeignait la société actuelle comme une société de restrictions d’informations et d’individualisme accru ce qui est tout à fait contraire à la globalisation actuelle de l’information et au partage présent dans la Knowledge Economy. De plus, alors que le partage de l’information était autrefois le domaine privilégié de l’art et que l’art engagé était le seul moyen de véhiculer ses idées, nous voyons émerger aujourd’hui de nouveaux types de support permettant à toute la population de partager ses connaissances (Facebook, Wikipédia, Twitter, …). Par conséquent, ces deux contre-exemples marquent bien le passage que nous constatons depuis les années 1990 d’une économie post-industrielle à la Knowledge Economy.
    Christelle CHEN YUE YANG, Leslie CHEROUVRIER, Alexiane CUENIN, Caroline DIETRICH, Sarah DUREAU

  2. Groupe 8.2 Sophia Thème1
    En tant qu’étudiants nous ne pouvons qu’être rassurés de ce changement car il permet d’étendre la liberté des individus avec une globalisation des informations ce qui est aujourd’hui une valeur essentielle dans notre société. Ainsi, la Knowledge Economy qui tend à être le seul système que nous connaissons nous permet une plus grande adaptabilité partout dans le monde grâce au partage et aux apports des différentes cultures.

  3. dans cet article, j’ai trouver que le fait de montrer en quoi skema favorise la knowledge economy au travers de notre enseignement, avec l’exemple des travaux de groupe, est très intéressant. Raconter en bref l’histoire de la knowledge Economy dans leur introduction est un bonne idée. Cependant, je pense que les étudiants ne développent pas asser (en donnant des exemples) le fait qu’internet a eu un rôle majeur dans ce nouveau concept.

    Baptiste LEFORT Sophia groupe 7

  4. La knowledge economy demeure de nos jour une notion encore vague. En effet, il suffit de demander à des étudiants en étude supérieur ce que représente pour eux la knowledge economy et vous obtiendrez de multiples définitions plus ou moins complètes. Ce constat peut sembler alarmant étant donné que ce sont ces mêmes jeunes qui seront les futurs acteurs de cette économie basée sur la connaissance. C’est pourquoi je pense que les établissements d’études supérieures devraient accentuer cette notion de knowledge économy afin que chaque étudiant possède une certaine base. Comme souligné dans l’article, Skema Business School fait ainsi figure de précurseur puisqu’elle introduit ce concept dans son organisation même et ses méthodes de travail.
    Romain Pirot

Laisser un commentaire