Groupe 5-7-Sophia Antipolis-Thème1

Toutes les grandes entreprises étant sur une base d’égalité en ce qui concerne le capital industriel, la principale possibilité de différenciation réside aujourd’hui sur une valorisation du capital intellectuel.
Nous vivons aujourd’hui dans l’aire de l’information. L’avantage concurrentiel a tirer de cette nouvelle aire est l’optimisation des systèmes de transmission de ladite information.

C’est là que la Knowledge Economy et le Knowledge Management tirent toute leur importance. Ces deux notions clefs se placent donc au premier plan dans la bonne gestion des connaissances et des compétences dans l’entreprise. Le savoir étant clef, comment donc optimiser sa transmission ?
Plusieurs hypothèses se voient désormais viables.

Tout d’abord, favoriser une communication fluide et continue entre chaque acteur de l’entreprise semble être primordial.
Les acteurs étant à la base de ce capital intellectuel, disposer d’hommes et femmes tous autant qualifiés et polyvalents s’avère être un atout majeur. C’est en confrontant leurs avis que l’on générera connaissance supplémentaire et innovation, l’innovation ne résidant plus principalement dans la valorisation du capital industriel mais dans le niveau social et dans la bonne gestion des connaissances au sein de l’entreprise. Knowledge Economy et Knowledge Management placent désormais l’homme comme innovation et non plus comme créateur d’innovations.

Etant étudiant, nos formations doivent désormais être axées sur une valorisation de nos compétences humaines et personnelles plus que sur nos simples compétences intellectuelles.
Les entretiens de première embauche sont de parfaits exemples. La concurrence étant accrue et tous les CV de plus en plus similaire, la seule manière pour un étudiant de se démarquer est de mettre en avant son capital humain.

Une réflexion au sujet de « Groupe 5-7-Sophia Antipolis-Thème1 »

  1. Concernant la transmission de la Knowledge Economy, le Web 2.0 est un outil très performant.
    En effet, depuis 2005 le web a connu un nouvel essor, avec une multiplication de son utilisation partout dans le monde.
    Le web 2.0 a permis de passer d’un état où les données étaient transmises unilatéralement, à un outil qui permet au plus grand nombre de recevoir les données, donner des avis et de pouvoir facilement améliorer ses recherches. Cette échange passe par des plateformes tels que Wikipedia pour l’information, Facebook et Twitter pour le partage, Skype pour la connectivité visuelle, les applications diverses qui apportent de la simplicité et une connectivité continue.
    Dans une approche entrepreneuriale cela permet de favoriser les échanges professionnels même à l’international (Skype), de rester proche des clients et avoir une plus large visibilité (Facebook, Twitter et les applications), une interactivité et une vitesse de transmission à l’intérieur même de l’entreprise (intranet) , un partage de connexion massif (Wikipedia) et une mise à disposition permanente d’informations concernant les concurrents internationaux (journaux en ligne).

    Pour conclure, nous pouvons dire que l’accumulation de tout ceci permet de participer à la diffusion de la Knowledge Economy

    http://www.youtube.com/watch?v=Moahk_Rd91E

Laisser un commentaire